Comment faire du compost ?

Réalis­er un com­post pour recy­cler les déchets verts, en 3 étapes : choisir le type de com­pos­teur, utilis­er la bonne recette, adopter les bons gestes !

par | 6 mai 2023

Réalis­er un com­post pour les débu­tants en 3 étapes :

Il existe plusieurs façons de com­poster. Le com­postage dit “de jardin” se fait grâce à une mon­tée en tem­péra­ture des biodéchets et demande un fort besoin en oxygène dès le début. Le lom­bri­com­postage, très adap­té aux apparte­ments, est un com­postage à froid com­prenant moins de micro-organ­ismes vivants, les lom­brics réal­isant l’essentiel du tra­vail. Enfin, le bokashi (nom japon­ais qui sig­ni­fie “matière organique fer­men­tée”) n’est pas un procédé de com­postage à pro­pre­ment par­ler, car il agit sans oxygène et unique­ment à l’aide de micro-organ­ismes effi­caces (EM). 

Dans tous les cas, la trans­for­ma­tion des matières organiques per­met d’obtenir un pro­duit riche et fer­til­isant appelé “com­post”. Com­poster, ce n’est, finale­ment, que repro­duire chez vous ce que fait la nature. Un geste logique et écologique qui des­sine un cer­cle vertueux entre l’assiette, le végé­tal et la terre.

Étape 1 : Choisir le type de composteur

Le choix du com­pos­teur se fait prin­ci­pale­ment en fonc­tion de votre type d’habitation (avec ou sans jardin), mais aus­si en prenant compte de la taille de votre famille, ain­si que de vos préférences per­son­nelles (il ne s’agit pas d’être dégoûté par son com­post !).

compost pour les débutants
Émi­lie Mas­sal

Si vous avez un jardin :

● Le compostage en tas

Pour com­poster à l’air libre ! Choi­sis­sez un emplace­ment pra­tique, à une dis­tance suff­isante de la mai­son et du voisi­nage, idéale­ment entre deux arbres pour apporter ombre, fraîcheur et couper du vent. Vous pou­vez sim­ple­ment dépos­er votre com­post à cet endroit, en for­mant un petit tas. Il est con­seil­lé de faire 2 tas : le pre­mier accueillera vos biodéchets et la matière car­bonée durant 3 à 4 mois, puis, vous pour­rez créer un sec­ond tas à ce moment-là. Cela per­me­t­tra au pre­mier de matur­er tran­quille­ment pen­dant que vous con­tin­uerez à ali­menter le sec­ond. 
Cette tech­nique est la plus sim­ple à met­tre en place et elle favorise une très grande bio­di­ver­sité : au-delà des lom­brics et autres micro-organ­ismes, les oiseaux, héris­sons, musaraignes, etc. peu­vent venir se nour­rir, sans s’y installer. 
Atten­tion : un com­post n’est pas un dépo­toir ! Il doit tou­jours être “beau” : aucun déchet ne doit être lais­sé à la sur­face. Pour cela, au moment de l’apport, on mélange, on enfouit et on ajoute des matières sèch­es par-dessus.
il n’y a pas plus sim­ple à met­tre en place
peu esthé­tique si vous avez un petit jardin

● Le composteur

Il s’agit d’une boîte, en bois (plus esthé­tique) ou en plas­tique (tout aus­si effi­cace), sur­mon­tée d’un cou­ver­cle et, le plus sou­vent, munie d’une trappe en bas pour récupér­er le com­post mûr. Ce mode de com­postage vous per­met d’entreposer vos déchets sans qu’ils soient vis­i­bles. Installez le com­pos­teur de préférence en con­tact direct avec le sol, dans un lieu ombragé, à l’abri du vent et du soleil. Vous pou­vez égale­ment le dépos­er sur une dalle en béton, pour lim­iter la présence de nuis­i­bles (celle-ci étant toute­fois le signe d’un déséquili­bre dans votre com­post…) ou sur un gril­lage (atten­tion alors à ne pas l’abîmer lors du bras­sage). Prévoyez tou­jours un emplace­ment où il ne vous dérangera pas en cas de prob­lème : évitez, par exem­ple, de le plac­er sous une fenêtre, col­lé à la mai­son ou trop près des voisins. 
le grand clas­sique du com­postage, adap­té à tous
(-) prend un peu de place dans le jardin

compost pour les débutants
Émi­lie Mas­sal

Si vous êtes en appartement ou si vous ne disposez pas d’espace vert : 

● Le lombricomposteur

C’est un mini-com­pos­teur spé­ciale­ment étudié pour les espaces réduits, fait de plusieurs boîtes empilées les unes sur les autres. Placez-le dans votre cui­sine ou, si pos­si­ble, dans une pièce subis­sant peu de vari­a­tions de tem­péra­ture (un cagibi ou un garage par exem­ple). Les lom­brics n’aiment pas le bruit, les vibra­tions et la chaleur. La tem­péra­ture extérieure idéale est située entre 15°C et 25°C (min­i­mum 5°C et max­i­mum 30°C).
Il existe des lom­bri­com­pos­teurs de dif­férentes tailles : pour une famille de 4 per­son­nes, comptez 3 bacs de 18 litres et 150 à 500 grammes de vers. Vous pou­vez l’acheter, en deman­der un à votre col­lec­tiv­ité (si vous habitez en milieu urbain) ou le fab­ri­quer vous-même (un DIY vous attend dans l’article suiv­ant).
idéal pour les apparte­ments, très facile à fab­ri­quer
décon­seil­lé pour les per­son­nes allergiques à la vue des vers !

● Les pots, meubles ou potagers lombricomposteurs

Ces meubles “hybrides” per­me­t­tent de com­poster en toute dis­cré­tion : ils se mêlent à votre déco­ra­tion ou à vos pots de fleurs ! La plu­part de ces sys­tèmes com­pos­tent en nour­ris­sant directe­ment vos plantes. Ils per­me­t­tent égale­ment de réduire l’arrosage, grâce à l’humidité et à l’aération des lom­brics. Vous pou­vez récupér­er le com­post mûr et/ou le lombrithé pour amender vos autres plan­ta­tions et jar­dinières. 
Quelques sug­ges­tions :
Le pot de fleurs des Trans­farm­ers est un com­pos­teur design en terre cuite, conçu et fab­riqué en France. Il peut être placé en intérieur ou en extérieur.
Le Pati­o­com­pos­teur de l’entreprise savo­yarde Neo­mind est un potager com­pos­teur, à installer en bal­con ou sur ter­rasse, pour com­poster et cul­tiv­er vos légumes.
La mar­que Mon Petit Potager pro­pose des potagers com­pos­teurs, for­mat jardin ou for­mat bal­con (bien­tôt disponibles à la vente).
Si votre espace extérieur est réduit, il existe des sys­tèmes ver­ti­caux ingénieux, comme le Ver­ti­ka ou le Jardi­com­pos­teur. 
Le Natu­co est, lui, un véri­ta­ble meu­ble, par­faite­ment adap­té aux petites sur­faces : il ne nour­rit pas directe­ment vos plantes, mais vous per­met de récupér­er com­post et lombrithé, tout en se fon­dant totale­ment dans votre déco­ra­tion.
très esthé­tique
capac­ité de stock­age lim­itée, prix assez élevé

● Le bokashi

À priv­ilégi­er si vous ne souhaitez pas avoir de vers ! Le bokashi utilise un procédé dif­férent du com­postage clas­sique car il passe par une étape de fer­men­ta­tion en envi­ron­nement anaéro­bie (sans oxygène). C’est un seau com­plète­ment her­mé­tique, de petite taille, qui trou­ve facile­ment sa place dans la cui­sine. Vous pou­vez y entre­pos­er tous vos restes de repas, y com­pris vian­des, pois­sons, agrumes et ali­ments cuits. Vous en trou­verez en mag­a­sins de jar­di­nage, de brico­lage ou sur bokashicompost.be. 
À chaque apport de déchets, vous saupoudrez d’activateurs de bokashi (à acheter) : ce sont les micro-organ­ismes effi­caces qui font le tra­vail de diges­tion. Si pos­si­ble, découpez vos déchets en petits morceaux pour accélér­er la rapid­ité de com­postage. Lorsque le seau est plein, gardez-le fer­mé pen­dant 15 jours. La matière fer­men­tée — ou dige­s­tat — doit ensuite être mélangée à de la terre pour se trans­former en ter­reau. Durant tout le proces­sus, le robi­net vous per­me­t­tra de récolter du “thé de bokashi”. Ce jus est un excel­lent fer­til­isant pour vos plantes. Atten­tion à bien suiv­re les con­signes pour utilis­er cor­recte­ment le dige­s­tat et le jus (ren­dez-vous dans notre arti­cle “L’utilisation du com­post”). 
Il est recom­mandé d’avoir 2 seaux bokashi car l’un servi­ra au dépôt pen­dant que l’autre fera fer­menter le com­post jusqu’à matu­rité. 
temps de fer­men­ta­tion plus rapi­de (2–3 mois en tout) et pos­si­bil­ité d’inclure pra­tique­ment tous les restes ali­men­taires
néces­sité d’acheter des acti­va­teurs de bokashi

● Les aires de compostage partagées

Si vous ne souhaitez ou ne pou­vez pas installer une solu­tion de com­postage chez vous, vous pou­vez dépos­er vos biodéchets en com­mun avec les habi­tants de votre rési­dence ou de votre quarti­er. Au quo­ti­di­en, vous dis­posez vos déchets à l’intérieur de votre “bioseau”. Puis, vous les déposez dans le com­pos­teur col­lec­tif une à deux fois par semaine. 
> Dans votre rési­dence : Si vous souhaitez installer des com­pos­teurs en bas de votre immeu­ble, rap­prochez-vous de votre com­mu­nauté d’agglomération afin d’en con­naître les modal­ités. Le plus sou­vent, il faut être une dizaine de foy­ers volon­taires pour débuter un com­postage col­lec­tif. Vous dis­poserez alors de 3 bacs à com­posts min­i­mum : un bac pour les apports, un bac pour le com­post en cours de mat­u­ra­tion et un pour le com­post mûr. Selon la taille, le lieu et le nom­bre de foy­ers investis, une organ­i­sa­tion pour­ra être mise en place avec des jours et des horaires d’apports. 
> Dans un jardin partagé : De nom­breux parcs ou jardins de quarti­er pro­posent main­tenant une zone avec des com­pos­teurs à dis­po­si­tion (par­fois réservée aux habi­tants du quarti­er). Vous pour­rez aus­si prélever du com­post mûr pour nour­rir vos plan­ta­tions.
con­vivi­al­ité de ces lieux de partage, qui organ­isent sou­vent des “apéros com­post” 
néces­sité de se déplac­er (ne pas stock­er les déchets plus d’une semaine chez soi au risque d’avoir odeurs et moucherons)

compost pour les débutants
Émi­lie Mas­sal

Étape 2 : Quels sont les déchets à mettre dans un compost : LA bonne recette !

Qu’est ce qu’il faut mettre dans le compost ?

Tout ce qui vient de la terre retourne à la terre : tout ce qui est dégrad­able dans la nature peut donc l’être dans votre com­pos­teur. Mais, atten­tion ! Un bon com­post résulte d’un équili­bre sub­til entre l’azote, le car­bone, l’eau et l’air.

50% de vert : Déchets humides qui appor­tent de l’azote

  • Fruits et légumes, même pour­ris (à découper s’ils sont entiers)
  • Fanes et épluchures
  • Marc de café avec fil­tres
  • Sachets de thé
  • Coquilles d’œufs broyées
  • Fleurs coupées, plantes d’intérieur (ne pas met­tre les végé­taux malades)

50% de brun : Déchets secs qui appor­tent du car­bone

  • Feuilles mortes
  • Fleurs fanées
  • Sci­ure ou copeaux de bois
  • Car­tons mar­rons (non imprimés), rouleaux de papi­er toi­lette car­ton­nés
  • Jour­naux (pas de papi­er lisse ou bril­lant)
  • Essuie-tout, mou­choirs jeta­bles (si pos­si­ble non gras)
  • Boîtes d’œufs découpées (peu importe la couleur tant qu’elles sont en car­ton, mais sans les éti­quettes éventuelles)
  • Paille, foin, branch­es sèch­es et tailles de haie bien broyées

Qu’est ce qu’il ne faut pas mettre dans le compost ?

Étapes 3 : Adopter les bons gestes

À respecter pour tous types de com­postage, sauf le bokashi

  • UN BON ÉQUILIBRE : À chaque apport, vous devez avoir 50 % de matières azotées, 50 % de matières car­bonées. Si vous déposez un seau d’épluchures, par exem­ple, com­plétez par l’équivalent en feuilles mortes ou en petits morceaux de boîtes d’oeufs.
  • UNE HUMIDITÉ CONSTANTE : Un com­post doit tou­jours être humide mais pas “noyé”. Nor­male­ment, l’eau est apportée par les biodéchets (com­posés à 80 % d’eau). En cas de très forte chaleur (canicule), vous pour­rez arroser déli­cate­ment votre com­pos­teur. Pour le lom­bri­com­pos­teur, vous pou­vez dépos­er une ser­pil­lière humide sur le dessus du bac. 
  • DE L’AIR ! Brassez à chaque apport, si pos­si­ble, afin d’apporter de l’oxygène et ain­si accélér­er le com­postage. Le bras­sage per­met d’éviter la for­ma­tion de paque­ts et par con­séquent de lim­iter les gaz à effet de serre qui s’en déga­gent. 
  • LA BONNE TAILLE : Découpez les fruits, légumes et matières sèch­es en petits morceaux pour que les micro-organ­ismes les dégradent plus facile­ment. Par exem­ple, une peau de banane est à découper en 2. Plus votre com­pos­teur est petit, plus fins doivent être les morceaux.

veir magazine numéro 3

Retrou­vez le dossier spé­cial Com­post dans le Numéro 3 – Automne 2020 “Partager”.


Vous avez aimé cet arti­cle ?  Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.