Comment économiser l’eau au jardin ?

L’eau est une ressource pré­cieuse au jardin ! Avec l’aug­men­ta­tion des épisodes de sécher­esse, les canicules et les restric­tions d’ar­rosage, il est impor­tant d’ap­pren­dre à économiser l’eau tout en veil­lant à la bonne crois­sance de ses plantes. 

 

 

par | 1 avril 2024

À l’heure du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, il est indis­pens­able d’ap­pren­dre à économiser l’eau au jardin en été. Entre les sécher­ess­es et les restric­tions d’eau, vos plantes sont mis­es à rudes épreuves.

Voici nos con­seils pour gér­er au mieux la ressource de l’eau au jardin et au bal­con.

Apprendre à bien arroser 

💧Quand arroser ?

  • Mieux vaut arroser le matin ou le soir. Évitez surtout l’arrosage à midi en pleine chaleur, l’eau s’évaporerait rapi­de­ment !
  • Priv­ilégiez un arrosage abon­dant de temps en temps, plutôt que plusieurs petits arrosages. Les plantes dévelop­per­ont leurs racines pour aller puis­er l’eau en pro­fondeur et seront ain­si plus résis­tantes à la sécher­esse.
  • N’arrosez pas la pelouse (sauf en cas de sécher­esse très pro­longée) : elle reverdi­ra seule aux prochaines pluies.
  • Pour vos plantes vertes, faites-leur pren­dre un bain toutes ensem­ble, cela économis­era l’eau et sera plus effi­cace. Placez-les dans l’évier ou la baig­noire, bou­chon fer­mé, douchez leur feuil­lage douce­ment et lais­sez-les trem­per dans quelques cen­timètres d’eau pen­dant une heure. Puis égout­tez-les et remet­tez-les à leur place. 

Inscrivez-vous à la newslet­ter

Chaque mois, on vous envoie des con­seils jar­di­nage, une recette, l’agenda des événe­ments nature, une sélec­tion de livres, pod­casts, docus… ain­si que quelques infos sur le mag ! En cadeau pour toute inscrip­tion : notre guide “Le potager pour débu­tants” !


💧“Un pail­lage vaut dix arrosages” : un bon moyen d’é­conomiser l’eau

Le pail­lage est en effet un bon moyen de garder votre sol frais et d’économiser l’eau. Atten­tion, le dic­ton pop­u­laire peut être par­fois un peu exagéré : observez vos plantes et arrosez-les si elles le récla­ment !

  • Arrosez avant la mise en place d’un nou­veau pail­lage, cela ren­forcera son effi­cac­ité.
  • Au jardin, pensez aux plantes cou­vre-sol, qui agis­sent de la même manière.
Crédit : Emi­lie Mas­sal pour Veìr

💧Les bons gestes à met­tre en place 

  • Pensez votre plan de plan­ta­tions en fonc­tion des besoins en arrosage : regroupez les plantes qui ont besoin de beau­coup d’eau dans un coin (plus ombragé) et créez des espaces réservés aux plantes de gar­rigue qui auront peu besoin d’arrosage.
  • Même si vous avez un jardin, il est intéres­sant de cul­tiv­er cer­taines plantes en pots pour pou­voir les déplac­er lors de fortes chaleurs ou si vous devez vous absen­ter.
  • Créez de l’ombre : vous pou­vez plac­er vos petites pro­tégées sous un éten­doir à linge, auprès d’autres plantes plus grandes et plus touf­fues ou même, si néces­saire… sous le para­sol !

Quand la pluie permet d’économiser l’eau

Les pluies appor­tant au moins dix litres par mètre d’eau (soit dix mil­limètres d’eau dans un plu­viomètre) peu­vent en effet per­me­t­tre de dif­fér­er l’arrosage.

Au bal­con, atten­tion : véri­fiez que les pots ne sont pas pro­tégés de la pluie par un mur ou un bal­con voisins… Sinon, il fau­dra les déplac­er ou arroser.

Utiliser de l’eau de récupération

💧Les eaux “recy­clées”

Réservez un grand arrosoir pour met­tre de côté des eaux restantes, à utilis­er lors du prochain arrosage :

  • reste de thé : s’il est non sucré. 
  • eau de cuis­son des légumes : de préférence si les légumes sont bio et l’eau non salée.
  • eau de cuis­son des œufs : pleine de nutri­ments excel­lents pour les plantes.
  • eau du sèche-linge : si vous utilisez de la lessive écologique et en petite quan­tité.
  • eau de l’aquarium : les algues et les matières fécales des pois­sons sont d’excellents fer­til­isants.
  • eau du bain de bébé : si vous utilisez du savon bio et en petite quan­tité (si la baig­noire est trop lourde, plongez une bouteille dedans).
  • eau de lavage des fruits et légumes : installez un sal­adier muni d’un bec verseur dans votre évi­er pour récupér­er l’eau qui vous sert pour net­toy­er.
  • eau de la douche ou du bain : embar­quez votre arrosoir avec vous sous la douche, et rem­plis­sez-le en atten­dant que l’eau chauffe !

Veillez toute­fois à ne pas laiss­er de l’eau stag­nante trop longtemps dans l’arrosoir, pour ne pas abîmer celui-ci et éviter les insectes indésir­ables.

Crédit : Emi­lie Mas­sal pour Veìr

💧L’eau de pluie

Dépourvue de chlore et de cal­caire (con­traire­ment à l’eau du robi­net), l’eau de pluie est idéale pour arroser vos plantes.

Le récupéra­teur d’eau de pluie s’installe en con­nec­tant une citerne à une descente de gout­tière. Vous pou­vez opter pour une ver­sion récup’ en util­isant une grande poubelle en plas­tique ou une cuve util­isée pour les ali­ments en vrac. Si vous habitez en apparte­ment, il vous fau­dra deman­der l’autorisation à votre syn­dic de copro­priété, qui véri­fiera notam­ment si le bal­con peut sup­port­er le poids de la cuve.

Bien s’équiper pour économiser l’eau au jardin

💧Le bon arrosoir

Les jolis arrosoirs vin­tage sont ten­tants et on peut en trou­ver d’occasion ! Choi­sis­sez-les de préférence non laqué, en aci­er gal­vanisé (pour qu’ils ne rouil­lent pas) et véri­fiez qu’ils ne sont pas abîmés.

Si vous optez pour la ver­sion plas­tique, choi­sis­sez-le si pos­si­ble en polyéthylène (recy­clable), en plas­tique recy­clé ou, a min­i­ma, de sec­onde main.

Crédit : Emi­lie Mas­sal pour Veìr

💧Fab­ri­quer son pom­meau

Pour les semis et les petites plantes déli­cates, vous aurez besoin d’une pomme d’arrosoir. Si vous n’en avez pas, il est facile d’en bricol­er une ! Munis­sez-vous d’une bouteille en plas­tique récupérée (type bouteille d’eau ou de lait). Percez son bou­chon de petits trous à l’aide d’un clou ou d’un couteau pointu.

💧Les tuyaux d’arrosage

  • Si vous devez acheter un nou­veau tuyau, choi­sis­sez-le en matière recy­clable ou en caoutchouc, sans PVC.
  • Vous pou­vez installer des sys­tèmes de tuyaux en goutte-à-goutte pour arroser en votre absence. Cer­tains sont accom­pa­g­nés d’un détecteur d’humidité qui per­met de déclencher l’arrosage lorsqu’il est néces­saire.
  • Évitez les sys­tèmes d’arrosage automa­tique : ils arrosent un peu tout et n’importe quoi (beau­coup de plantes n’aiment pas avoir les feuilles mouil­lées) et per­dent beau­coup d’eau par éva­po­ra­tion.

💧Oyas et dif­fuseurs d’eau

Pour un arrosage économe (et autonome !), utilisez des oyas ou dif­fuseurs d’eau qui lais­seront pass­er l’eau lorsque la terre est sèche.



Arti­cle à retrou­ver dans le Numéro 10, spé­cial bio­di­ver­sité.


📌 Vous avez aimé cet arti­cle ?  Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !


Derniers articles

Choisir ses fleurs mellifères

Choisir ses fleurs mellifères

Le terme de fleurs mellifères ou nectarifères fait joliment référence aux substances que celles-ci produisent. Symboles de la coévolution des végétaux et des animaux, ces plantes jouent un rôle primordial pour la biodiversité. Elles nourrissent de nombreux insectes...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.