Les différentes techniques de semis

Il est par­fois dif­fi­cile de choisir la tech­nique de semis adéquate : en poquet, à la volée, en ligne… On vous explique les dif­férentes tech­niques de semis et com­ment les choisir en fonc­tion de vos var­iétés !

 

 

par | 4 mars 2024

Semis en place, en intérieur, en godet, en poquet ou à la volée… On vous a semés ? Héhé, voici un petit décodage du vocab­u­laire pour devenir “Grand Maître Semeur”.  

Semis “en place” et semis “en intérieur”

Les semis “en place” se font directe­ment en pleine terre. Le plant ne sera pas replan­té ailleurs. Ce genre de semis peut néces­siter d’éclaircir par la suite, c’est-à-dire de sup­primer quelques jeunes pouss­es. Cela per­met de respecter l’espacement pré­con­isé entre les plants.

Les semis “en intérieur” se démar­rent quant à eux dans un con­tenant et sous abri. Ils néces­si­tent un “repi­quage”, c’est-à-dire une plan­ta­tion ultérieure au potager.

Les techniques de semis “en place”

Il existe plusieurs tech­niques pour réalis­er ses semis, à adapter en fonc­tion des cul­tures envis­agées. 

Con­cer­nant les semis en place, on par­le sou­vent de :

  • Semis en ligne : les graines sont alignées en rangs sur la planche de cul­ture (ex : radis carottes, épinards, mâche, pois…) 
  • Les semis en poquet : on dépose plusieurs graines dans un petit trou creusé dans la terre (ex : bet­ter­aves, hari­cots, pois…)
  • Les semis à la volée : on dis­perse les graines en les jetant de manière plus ou moins aléa­toire sur la par­celle (ex : engrais verts, mélange de fleurs mel­lifères…)

Les techniques de semis “en intérieur”

Il existe égale­ment plusieurs tech­niques de semis en intérieur :

  • Les semis en ter­rine : les graines sont répar­ties plus ou moins uni­for­mé­ment dans une sorte de caisse peu pro­fonde rem­plie de ter­reau (ex : laitues…)
  • Les semis en alvéoles : on dépose 1 ou 2 graines par alvéole, pour faciliter le repi­quage par la suite sans abimer les racines (ex : tomates, aubergines, poivrons)
  • Les semis en godet : les graines sont déposées dans un petit pot rem­pli de ter­reau, sou­vent pour les graines plus gross­es (ex : cucur­bitacées, blettes…)

Enfin, la tech­nique des semis éch­e­lon­nés con­siste à étaler les semis sur plusieurs semaines au lieu de tout réalis­er d’un coup. Cela per­met notam­ment de récolter sur une péri­ode plus éten­due. Mais aus­si de ne pas se retrou­ver avec une grande quan­tité de légumes arrivant tous à matu­rité au même moment. Les semis éch­e­lon­nés sont très utiles pour prof­iter tout au long de l’année des laitues, des épinards ou des radis par exem­ple. 

NB : plusieurs tech­niques sont pos­si­bles pour une même cul­ture, le choix étant à adapter en fonc­tion de son cli­mat, de son con­texte, de ses habi­tudes et des quan­tités cul­tivées.

Toutes les questions qu’on se pose avant de semer

  • Quand semer ? En général, on retrou­ve des indi­ca­tions con­cer­nant le cal­en­dri­er de semis et de récoltes directe­ment sur les sachets de graines. Bien sou­vent, il s’agit de fourchettes tem­porelles qui peu­vent s’étendre sur quelques semaines ou plusieurs mois. Ces fourchettes un peu larges sont à per­son­nalis­er et adapter en fonc­tion de votre cli­mat, à avancer en cli­mat doux ou retarder en cli­mat plus rigoureux. 
  • Quel sub­strat utilis­er pour les semis? Plus les graines sont petites (laitues, tomates, aubergines…), plus il fau­dra opter pour un ter­reau fin et tamisé type ter­reau “spé­cial semis & bouturage”. Pour les graines plus volu­mineuses (cour­gettes, courges, bet­ter­aves, blettes…), on peut utilis­er un ter­reau uni­versel.
  • De com­bi­en espac­er les graines ? Là encore on retrou­ve de pré­cieux con­seils sur les sachets de semences. On peut sou­vent se per­me­t­tre de den­si­fi­er un peu, surtout quand on a un petit potager et peu d’espace. 
  • À quelle pro­fondeur semer ? Une règle sim­ple : il faut enter­rer les semences à env­i­ron 3 fois le diamètre de la graine. Plus la graine est grosse, plus elle sera semée en pro­fondeur. Les petites graines néces­si­tent sim­ple­ment d’être recou­vertes d’une fine couche de ter­reau bien tamisée en sur­face. Par exem­ple : 2–3 cm pour une fève, 5 mm à 1 cm pour une graine de tomate.
  • Et si on zappe l’étape des semis ? Aucun prob­lème ! Si on ne souhaite pas se lancer dans les semis, il est tout à fait pos­si­ble de sauter cette étape et de se pro­cur­er directe­ment des plants en jar­diner­ie ou chez son pépiniériste préféré. Dans ce cas, choi­sis­sez des plants bio et, si pos­si­ble, non F1 (si ce n’est pas indiqué sur le pot, deman­dez aux vendeurs !

Arti­cle issu du Numéro 13


📌 Vous avez aimé cet arti­cle ?  Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !


Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.