5 conseils pour l’entretien du caladium

Issu d’un tuber­cule que vous pou­vez con­serv­er et replanter, le cal­a­di­um demande quelques pré­cau­tions lors de la plan­ta­tion et de l’entretien… On vous explique tout !

par | 22 décembre 2023

Le cal­a­di­um est une des plantes les plus graphiques de nos intérieurs, grâce à ses feuilles immenses en forme de cœur qui lui valent aus­si le surnom “d’oreilles d’éléphant”. Voici 5 con­seils pour l’en­tre­tien de votre cal­a­di­um !

1- Un substrat léger

Les cal­a­di­ums aiment l’humidité mais craig­nent l’excès d’eau. Vous avez deux options pour le sub­strat : 

  1. Unique­ment de la sphaigne*. Les tuber­cules ger­meront vite et vous observerez leur évo­lu­tion plus facile­ment que dans du ter­reau. Il fau­dra cepen­dant veiller à ne pas arroser en trop grande quan­tité au risque de faire pour­rir vos tuber­cules. 
  2. Dans un ter­reau aéré, léger et un peu acide de préférence. Vous pou­vez par exem­ple mélanger du ter­reau pour plantes vertes avec de la per­lite ou de la sphaigne. Si vous avez de la terre de bruyère, vous pou­vez aus­si en ajouter à votre mélange pour aug­menter son acid­ité.

2- Une bonne luminosité

Placez le pot dans un endroit bien lumineux, tout en veil­lant à ne pas expos­er les feuilles au soleil direct.

Lors de l’hivernage, que les tuber­cules soient en pot ou sor­tis de terre, il fau­dra leur trou­ver un endroit frais, à l’abri de l’humidité et du gel. Un garage, une cave ou une pièce au nord fer­ont très bien l’affaire. 

💡 Véri­fiez facile­ment si l’emplacement con­vient à votre cal­a­di­um : plus il reçoit de lumière, plus ses couleurs seront vives. 


3- Bien planter les tubercules des caladiums

Le cal­a­di­um n’a pas besoin d’être cul­tivé dans un con­tenant trop pro­fond. Si vous optez pour un pot un peu large, plantez‑y plusieurs tuber­cules, pour créer une jolie com­po­si­tion végé­tale. 

Avant de planter vos tuber­cules, vous pou­vez les faire trem­per dans l’eau quelques heures afin de les réhy­drater. Le plus impor­tant est de bien repér­er dans quel sens les planter : c’est un peu plus com­pliqué que pour les bulbes, tels que les jacinthes ou les tulipes, par exem­ple. Les cal­a­di­ums présen­tent générale­ment un côté plat d’où sor­tent les racines et un côté plus bom­bé, avec un œil (ou plusieurs), comme une petite boule, d’où sort la tige. Par­fois, vous pou­vez même apercevoir le début de la tige. Installez le côté plat dans le fond du trou pour faire ressor­tir l’œil. En cas de doute, plantez vos tuber­cules à l’horizontale.

4- Un arrosage minutieux

En tant que plante trop­i­cale, le cal­a­di­um est par­ti­c­ulière­ment exigeant ! Il adore les atmo­sphères humides mais déteste l’excédent d’eau. Il est impératif de le plac­er à l’abri des courants d’air, qui assèchent le sub­strat, et de ten­ter d’augmenter l’hygrométrie de sa pièce de vie. 

Tant que vos tuber­cules sont dans un sub­strat com­posé unique­ment de sphaigne, il faut faire très atten­tion aux excès d’eau. Arrosez une fois généreuse­ment à la plan­ta­tion, puis priv­ilégiez plutôt les pul­véri­sa­tions d’eau pour con­trôler plus facile­ment l’humidité. Il suf­fit d’appuyer dessus pour voir si la sphaigne est encore humide ou non. Évitez toute­fois de la laiss­er se desséch­er entière­ment. 

Si le tuber­cule se trou­ve dans un mélange de ter­reau, vous pou­vez l’arroser plus sim­ple­ment, soit par le haut, soit par bassi­nage, une à deux fois par semaine env­i­ron, pour garder un sub­strat tou­jours légère­ment humide. Con­traire­ment à la plu­part des plantes vertes, avec le cal­a­di­um, il est préférable d’arroser peu mais plus sou­vent, afin d’éviter de faire pour­rir le tuber­cule.

5- Les conseils pour les caladiums en hiver

Dès que les tem­péra­tures et la lumi­nosité bais­sent, les cal­a­di­ums entrent en dor­mance. Con­traire­ment aux autres plantes vertes d’intérieur, leurs feuilles vont jau­nir et s’affaisser… Pas de panique, c’est nor­mal ! 

Dès les pre­miers signes, dimin­uez pro­gres­sive­ment l’arrosage et atten­dez que toutes les feuilles soient fanées pour les couper au ras de la terre. Vous pou­vez laiss­er votre pot de côté — sans arrosage ni soin par­ti­c­uli­er —  jusqu’à la fin de l’hiver ou sor­tir les tuber­cules de terre. Dans ce dernier cas, net­toyez légère­ment les tuber­cules, véri­fiez qu’ils sont intacts (pas de traces brunes ou par­ties molles) et con­servez-les dans du papi­er kraft à l’abri de l’humidité, dans un endroit frais mais pas trop froid (10 °C à 15 °C env­i­ron). Évitez de les plac­er dans une boîte en plas­tique qui risque de retenir l’humidité et de les faire pour­rir. N’hésitez pas à véri­fi­er leur bonne san­té de temps en temps pen­dant l’hiver.

💡Si vous débutez, nous vous con­seil­lons de les sor­tir de terre en hiv­er, afin de pou­voir véri­fi­er l’état des tuber­cules avant la sai­son suiv­ante. Si vous avez peur de ne pas bien les con­serv­er, vous pou­vez tout à fait les sor­tir du pot, les con­trôler, puis les remet­tre dans leur con­tenant sans y touch­er de l’hiver.


Retrou­vez l’ar­ti­cle com­plet sur les cal­a­di­ums dans le Numéro 15 avec les con­seils de plan­ta­tion, les var­iétés les plus intéres­santes…

Numéro 15 — Automne 2023 : Désir­er


📌 Vous avez aimé cet arti­cle ?  Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.