Comment planter des tomates au potager ?

Pour réus­sir à planter des tomates au potager, nous reprenons les bases : semis et plan­ta­tion

par | 26 juin 2023

Véri­ta­bles stars du potager, les tomates sont les légumes les plus cul­tivés et par­mi ceux que l’on con­somme le plus. Elles ont la répu­ta­tion d’être faciles à cul­tiv­er et abon­dantes, de quoi séduire les débu­tants.

Pour­tant, du semis à la récolte, de nom­breuses péripéties peu­vent se pro­duire. La tomate est un légume gour­mand, qui deman­dera toute votre atten­tion et quelques pré­cau­tions. Le choix des var­iétés est impor­tant : il existe plusieurs mil­liers de tomates, avec des par­tic­u­lar­ités pro­pres à cha­cune ! N’ou­bliez pas les var­iétés anci­ennes qui ont de très bonnes qual­ités gus­ta­tives.

Ronde, allongée, cerise, noire ou zébrée, voici tous les secrets pour faire pouss­er des tomates !

Choisir ses tomates à planter

En graines ou en plants, vous aurez sans doute à choisir par­mi des dizaines de var­iétés de tomates. Il est impor­tant de bien con­naître les car­ac­téris­tiques de votre emplace­ment : cli­mat chaud ou froid, ensoleil­lé ou mi-ombre.… Dans tous les cas, n’hésitez pas à mélanger les var­iétés que vous cul­tivez pour plus de diver­sité au potager ! Vous décou­vrirez plus facile­ment vos préférées et celles que vous réus­sis­sez moins bien.

Soleil ☀️ (+ 4 h par jour) / cli­mat chaudMi-ombre (- 4 h par jour) / cli­mat froid
En pots Toutes les var­iétés de tomates ceris­es ou cock­tail Des tomates de taille moyenne : “Lemon Tree”, “Tan­ger­ine”, “Mon­ey­mak­er”Tomates ceris­es pré­co­ces : “Clé­men­tine”, “Jaune de Thoune”, “Gro­seille rouge”, “Cerise noire”Tomates au port retombant comme la “Dit­marsch­er”
En pleine terreToutes les var­iétés comme : “Rose de Berne”, “Andine cor­nue”, “Green Zebra”, “Ananas”, “Cœur de bœuf”, “Russe”…Toutes les tomates ceris­es et cock­tailLes tomates de taille moyenne et les var­iétés pré­co­ces : “Mar­mande”, “Roma”, “Karos”, “Mati­na”

Du semis de tomates au potager

Pour installer des tomates au potager, vous avez le choix entre le semis de graines ou l’achat de plants. Ces derniers sont intéres­sants si vous êtes débu­tant ou si vous comptez installer peu de plants au potager. Sinon, les semis de tomates sont plus économiques : 50 graines pour 4 € con­tre 3 € le plant en moyenne. Le choix des var­iétés est bien plus large, notam­ment pour les var­iétés repro­ductibles. Retrou­vez toutes nos astuces sur les semis de tomates sur : cet arti­cle de blog.

L’entretien des tomates : arrosage, taille et tuteurs

Une fois que vous avez planter vos tomates, elles peu­vent rester en place plus de 4 mois env­i­ron. Il est alors essen­tiel de s’en occu­per régulière­ment pour repér­er d’éventuels prob­lèmes et s’assurer de bonnes récoltes.

Tomates au potager : les bonnes associations

Pour aider vos plants de tomates, com­mencez par leur trou­ver les bons voisins ! 

Bonnes asso­ci­a­tions Mau­vais­es asso­ci­a­tions
> les fleurs comme les soucis, les œil­lets, les capucines et toutes les plantes qui peu­vent grimper sur le pied de tomate
> les aro­mates comme le basil­ic, le per­sil, la corian­dre
> les petits légumes qui aiment l’ombre : salades, radis, navets, épinards… et même les fraisiers 
> les autres légumes : ail, échalotes, oignons, poireaux, carottes
> bet­ter­ave, con­com­bre, pommes de terre et pois
Tenez-les à dis­tance d’au moins 1 m 50 des plants de tomates.

Tomates au potager : un arrosage bien maitrîsé

Les tomates ont besoin d’eau mais elles ne font pas par­ties des plantes les plus gour­man­des (con­com­bres, cour­gettes…). L’essen­tiel est de trou­ver le rythme qui leur con­vient (une fois par semaine en moyenne) et d’ar­roser tou­jours la même quan­tité d’eau. Il vaut mieux un bon arrosage copieux heb­do­madaire que plusieurs petits. Arroser copieuse­ment pour que les racines ail­lent en pro­fondeur chercher l’eau. Les plants de tomates sig­na­lent le manque d’eau grâce à leur feuil­lage qui s’af­fais­sent. Atten­dez le matin pour voir si les feuilles sont tou­jours bass­es ou si c’é­tait sim­ple­ment un coup de chaud !

L’autre geste impor­tant est de ne jamais mouiller le feuil­lage pour éviter l’ap­pari­tion de mal­adies. Arroser de préférence avec un arrosoir pour éviter les éclabous­sures et tout autour du pied.

En été ou en cas de sécher­esse, n’hésitez pas à ajouter un oya au pied de vos plants. Une bonne couche de pail­lage per­me­t­tra aus­si de garder l’hu­mid­ité.

Tomates au potager : Le bon tuteur

La plu­part des var­iétés de tomates ont un port semi-retombant. La tige com­mence sa crois­sance bien droite, avant de retomber dès qu’elle a plusieurs tiges sec­ondaires. Cer­taines var­iétés peu­vent néan­moins être retombantes et n’auront pas besoin d’être tuteurées comme la tomate “Dit­marsch­er”.

Les tuteurs en matière naturelle (bam­bous, noisetiers…) sont mieux adap­tés que ceux en métal. Ces derniers chauf­fent avec le soleil et peu­vent endom­mager la tige.

Au-delà d’1 m de hau­teur, votre plant aura des dif­fi­cultés à vous don­ner de nou­veaux fruits ! En con­séquence, votre tuteur doit être bien ancré dans le sol, ⅓ de sa hau­teur env­i­ron. Il doit pou­voir résis­ter au poids des tomates et aux intem­péries. Il vous faut donc des tuteurs d’1,50 m min­i­mum pour les grandes var­iétés (1 m pour les tomates ceris­es env­i­ron).

Voici 2 méth­odes sim­ples pour installer vos tuteurs : 

  • Un seul tuteur : le plus sim­ple, un tuteur le long de la tige prin­ci­pale, que l’on accrochera au fur et à mesure. Très pra­tique pour la cul­ture en pot ou les car­rés potager.
  • Une struc­ture de plusieurs tuteurs : si vous avez plusieurs plants, il est plus utile de con­stru­ire une struc­ture pour les soutenir. Afin d’éviter aus­si d’avoir à accrocher con­stam­ment les tiges. Vous pou­vez dis­pos­er des tuteurs en V inver­sé au pied de vos plants et les réu­nir au som­met à la manière d’un tipi. Vous pou­vez aus­si installer plusieurs tuteurs en ligne droite de chaque côté de vos rangées de tomates. Il suf­fi­ra d’étendre une ficelle entre chaque tuteur au fur et à mesure de la crois­sance des plants.

La taille des plants de tomates

La ques­tion de la taille des plants de tomates divise sou­vent les jar­diniers ! En réal­ité, il y a de nom­breuses plantes potagères qui peu­vent être tail­lées : tomates, aubergines, poivrons, piments, courges… L’objectif prin­ci­pal est de lim­iter la crois­sance de la tige prin­ci­pale pour fab­ri­quer des tiges sec­ondaires qui porteront d’autres fruits. Le jar­dinier cherche aus­si à con­cen­tr­er l’énergie dans la fab­ri­ca­tion des fruits plutôt que dans la crois­sance des tiges et des feuilles ! On par­le sou­vent des “gour­mands” lorsqu’on évoque la taille des plants de tomates. Ce sont des petites tiges qui poussent à l’aisselle de deux grandes tiges (le V entre deux tiges). 

Planter des tomates

Toute inter­ven­tion sur un plant risque de le frag­ilis­er en lui deman­dant de cica­tris­er et chaque blessure est une porte pour les microbes. Une taille trop sévère peut aus­si avoir l’effet inverse en sup­p­ri­mant trop de feuilles : elles per­me­t­tent à la plante de réalis­er sa pho­to­syn­thèse, indis­pens­able à sa crois­sance, et de se pro­téger en cas de fortes chaleurs.

La taille de cer­taines tiges peut être utile quand les plants gran­dis­sent trop vite en hau­teur, por­tent de très nom­breux fruits et ont des tiges sec­ondaires encom­brantes. Il est néan­moins tout à fait pos­si­ble de ne jamais tailler son plant de tomate et d’avoir une bonne récolte. 

Quand tailler vos tomates ?

  • Les gour­mands : sup­primez unique­ment les gour­mands sur le pre­mier tiers de votre plante si le plant devient encom­brant. Vous pou­vez en faire des bou­tures dans l’eau pour avoir d’autres plants de tomates à planter.
  • Quand le plant débor­de de fleurs et de fruits pen­dant l’été : si votre plant a déjà plus de 5 ou 6 tiges rem­plies de fleurs, vous pou­vez lim­iter sa crois­sance en coupant le haut de la tige prin­ci­pale. 
  • En fin de sai­son : coupez 1 ou 2 tiges sec­ondaires pour aug­menter la lumi­nosité en fin de sai­son. À faire aus­si dans les cli­mats très humides en fin de sai­son pour aér­er les plants et éviter les mal­adies.
  • En cas de mal­adies ou de feuilles très abîmées : coupez les feuilles com­plète­ment jaunes ou brunes pour lim­iter les dégâts et aér­er votre plant.

Récolte et conservation des tomates

Les tomates mûris­sent sous l’effet de l’éthylène, un gaz pro­duit par les fruits dès qu’ils sont prêts. C’est un sig­nal envoyé aux autres fruits pour qu’ils com­men­cent à pro­duire eux-mêmes de l’éthylène. C’est pourquoi une tomate mûrit sou­vent seule au démar­rage avant qu’elles se met­tent toutes à mûrir d’un seul coup ! 

L’éthylène est pro­duit à con­di­tion que la météo soit clé­mente. En effet, une canicule ou un refroidisse­ment et vos tomates vont retarder la pro­duc­tion d’éthylène. 

Dès que vos tomates mûris­sent en nom­bre, il est impor­tant de les récolter au fur et à mesure pour soulager votre plant et per­me­t­tre la pro­duc­tion de nou­veaux fruits. Détachez-les douce­ment une à une ou coupez directe­ment une grappe entière­ment mûre.

Con­servez vos tomates entre 2 et 5 jours à tem­péra­ture ambiante et non au réfrigéra­teur. Si vous ne pou­vez pas les con­som­mer rapi­de­ment, il vaut mieux les cuire pour les con­serv­er plus longtemps.

Un plant de tomate peut con­tin­uer à pro­duire jusqu’en automne pour les cli­mats doux. Les tomates auront néan­moins plus de dif­fi­culté à mûrir. Vous pou­vez, à ce moment-là, aér­er un peu vos plants pour faire cir­culer la lumière. N’hésitez pas à sup­primer les fleurs qui n’auront pas le temps de pro­duire des tomates. Dès que les tem­péra­tures noc­turnes chutent, il est temps de tout récolter, même les tomates vertes ! Lais­sez-les au chaud sur un plateau, en intérieur, pour qu’elles finis­sent de mûrir. Pensez à leur ajouter une pomme ou une banane, qui pro­duira aus­si de l’éthylène et accélér­era le proces­sus. 

Et à la fin ? 

La tomate est une plante vivace dans son espace naturel. Néan­moins, elle se cul­tive comme une plante annuelle sous nos cli­mats. Vous pou­vez alors sup­primer le plant en le coupant à la base. Lais­sez la racine se décom­pos­er naturelle­ment dans le sol si vous le pou­vez !

Vous pou­vez con­serv­er quelques graines de vos tomates (non hybrides) pour les semer l’année prochaine. Recueillez les graines de vos tomates et lais­sez macér­er deux jours dans un verre d’eau. Rincez ensuite vos graines sous l’eau froide dans une pas­soire puis faites-les séch­er à l’abri du soleil. Les graines de tomates peu­vent se con­serv­er jusqu’à dix ans, en fonc­tion des var­iétés.

La tomate étant une cul­ture gour­mande en nutri­ments. Il fau­dra veiller à enrichir de com­post la terre pour la prochaine cul­ture. Si vous pra­tiquez la rota­tion des cul­tures, semez après des légumes-graines comme les pois ou les fèves. 

Planter des tomates

Retrou­vez d’autres astuces potager dans le Numéro 6 – Été 2021 “Explor­er”.

Vous avez aimé cet arti­cle ?  Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !

Derniers articles

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.