Reportage : Des bienfaits de la permaculture au bureau

Per­ma­cul­ture au bureau, Veìr Mag­a­zine à décryp­té le phénomène dans le Nord de la France, chez Pocheco, et à Mar­seille, auprès de Comme Avant.

par | 6 avril 2023

Per­ma­cul­ture au bureau : Pro­pos recueil­lis par Farah Ker­am


“La vie au bureau après la crise san­i­taire sera-t-elle plus verte ?” Si les con­tours du “monde d’après” demeurent flous, il appa­raît cer­tain – à mesure que l’on fait défil­er les arti­cles parus sur le sujet – qu’il est syn­onyme d’une mise au vert. Un retour aux sources néces­saire pour une généra­tion tris­te­ment qual­i­fiée de “indoor” [généra­tion intérieure, N.D.L.R.]. Et pour cause : en France, nous pas­sons en moyenne 80 % de notre temps en lieux clos, notam­ment dans le cadre de notre activ­ité pro­fes­sion­nelle. Mais respirons un bon coup ; le vent sem­ble tourn­er grâce à l’engagement d’hommes et de femmes qui met­tent au cœur de leur cul­ture d’entreprise les principes de la per­ma­cul­ture. Décryptage du phénomène dans le Nord de la France, chez Pocheco, et à Mar­seille, auprès de Comme Avant.

Entre productivité et bien-être 

C’est un îlot de ver­dure où chantent l’eau d’une mare et quelques cen­taines d’oiseaux.

Direc­tion Pocheco et ses 30 000 m2 de ter­rain à For­est-sur-Mar­que, aux portes de Lille. Comme il est plaisant de rédi­ger ces pre­mières lignes à l’ombre du grand mag­no­lia qui sur­plombe le jardin des équipes, chef-lieu des déje­uners entre col­lègues et paus­es en tous gen­res ! Rien ne sem­ble pou­voir trou­bler le calme envi­ron­nant.

La sym­phonie des oiseaux, qu’ils soient de pas­sage ou qu’ils y aient élu domi­cile, con­fère au lieu le statut de Refuge LPO et se mêle au bruit loin­tain des machines. Ne vous méprenez pas : nous sommes bien sur un lieu de tra­vail, plus pré­cisé­ment une usine de fab­ri­ca­tion d’en­veloppes en papi­er.

Pan­neaux solaires, 2 500 m2 de toi­tures végé­tal­isées (qui ne requièrent pas d’arrosage), 1 000 m2 de potager en per­ma­cul­ture, une sta­tion d’épuration et une mare, sanc­tu­aire de bio­di­ver­sité : la liste est loin d’être exhaus­tive.

Au fil des années, Pocheco est dev­enue une référence des entre­pris­es engagées pour le vivant. Der­rière l’expertise, on trou­ve une manière d’en­tre­pren­dre arti­sanale : les idées sont pen­sées en interne, enrichies par des lec­tures et un goût pronon­cé pour tester de nou­velles choses. Un lab­o­ra­toire fan­tas­tique et un “cor­ri­dor de bio­di­ver­sité”, comme se plaît à le nom­mer Kévin Fran­co, à la tête du bureau d’études Ouvert (suc­cur­sale créée par l’entreprise qui vise à accom­pa­g­n­er des firmes et col­lec­tiv­ités de l’Hexagone dans leur tran­si­tion écologique).

Après un incendie sur­venu en 2011 qui a détru­it 30 % du site, la recon­struc­tion des espaces per­dus a per­mis de végé­talis­er 1 000 m2 sup­plé­men­taires. Ain­si naquit le verg­er où les salariés vien­nent main­tenant s’aérer et cueil­lir le fruit de leur tra­vail. Une trans­for­ma­tion du site désirée par son prési­dent, Emmanuel Druon, qui, en 25 ans, a fait la part belle aux espaces végé­tal­isés : 85 % aujourd’hui con­tre 4 % au com­mence­ment.

On a fait sauter le béton partout où l’on pou­vait”, explique Julien Verny, salarié d’Ouvert.

Antoine Boc­quet est per­ma­c­ul­teur et prési­dent de Canopée Refor­esta­tion, une asso­ci­a­tion soutenue par Pocheco, qui replante 10 000 arbres par an dans cette région, la moins boisée de France. Il nous par­le du quo­ti­di­en de la vie en usine agré­men­tée, ici, d’une saveur par­ti­c­ulière :

Quand les camion­neurs vien­nent chercher des car­gaisons et qu’ils aperçoivent pour la pre­mière fois le lieu depuis la rue, ils pensent s’être trompés… Ça les change des zones indus­trielles ! On les invite à se servir en fram­bois­es. Je pense que cela a un vrai impact posi­tif sur leur journée de tra­vail.” 

Permaculture au bureau

Suggérer sans forcer : remettre du vivant au quotidien

Nil Par­ra est directeur asso­cié chez Comme Avant, une entre­prise qui conçoit et fab­rique des pro­duits sains et naturels. Il a ini­tié il y a un an un pro­jet qui lui tenait à cœur : pos­séder son pro­pre espace vert, inscrivant ain­si sa démarche engagée per­son­nelle dans un pro­jet à plus grande échelle.

Immersion chez Comme Avant

Aujourd’hui, Comme Avant jouit de 5 hectares qui vont accueil­lir le futur local de l’entreprise dont 1,3 hectare de ter­res, par­mi lesquels 500 m2 de potager en per­ma­cul­ture label­lisé AB. 36 planch­es de 16 x 80 mètres cha­cune, où poussent hari­cots, aubergines, courges, con­com­bres, cour­gettes, mel­ons, tomates, basil­ic, per­sil, mis à dis­po­si­tion dans les bureaux à chaque récolte.

En somme, “ce qu’il faut pour pou­voir mon­tr­er à l’équipe que tout cela fonc­tionne, sans devoir aller vers des cul­tures trop com­pliquées”, explique-t-il.

Et si la plu­part des salariés ont fait voir leur ent­hou­si­asme face à cette démarche, Nil con­fie l’avoir ini­tiée avant tout par con­vic­tion per­son­nelle et non dans l’attente d’une val­i­da­tion de la part des équipes.

Je n’aime pas point­er du doigt, moralis­er. Dire à un salarié que sa salade en plas­tique achetée chez Mono­prix est pour­rie, c’est con­tre-pro­duc­tif. Cha­cun est libre, je mon­tre juste des choses : si une ini­tia­tive plaît chez Comme Avant, on la con­tin­ue, si une autre tombe à l’eau car elle ne retient pas l’attention des équipes, ce n’est pas grave.”

Essay­er de bien faire sans impos­er quoi que ce soit : voici le mantra qui résonne depuis Les Pennes-Mirabeau, où la firme a élu domi­cile.

Retour chez Pocheco

L’heure est venue de s’at­tel­er au chantier par­tic­i­patif du midi con­duit par l’équipe de per­ma­c­ul­teurs, Antoine, Gré­go­ry et Pierre. Au menu du jour, le désherbage d’une par­celle pol­luée aux métaux lourds que l’équipe tente de ren­dre saine grâce au principe de l’agromine et à l’utilisation de Noc­caea caerulescens, une plante herbacée. Grâce à ce procédé, il est pos­si­ble d’extraire des élé­ments métalliques con­tenus dans les sols grâce à des plantes hyper­ac­cu­mu­la­tri­ces, puis de les récupér­er et de les trans­former pour un usage indus­triel. Une dizaine d’employés, sta­giaires et gens de pas­sage – comme, par exem­ple, une jour­nal­iste qui pas­sait par là – s’at­tel­lent à la tâche.

Mais, si toutes ces ini­tia­tives mis­es en place par Pocheco sem­blent s’offrir aux employés, la peur d’être jugé ou de délaiss­er son poste se fait-elle sen­tir ?

Il n’y a pas de réelle oblig­a­tion de met­tre les mains dans la terre. Quand je le sens, que j’en ai envie, j’y vais. Et en cas de coup de mou, une sieste à l’ex­térieur ou une cueil­lette dans le verg­er et ça repart !”.

Pas vrai­ment, ont-ils répon­du unanime­ment. Yas­mi­na Bous­sel­laoui, chargée de l’entretien et de l’accueil, a con­fié avoir con­science de sa qual­ité de vie au tra­vail :

À l’inverse, l’implication des insti­ga­teurs de telles démarch­es peut par­fois se heurter à des salariés moins récep­tifs que d’autres et créer un décalage. Mais, aux yeux du cofon­da­teur de Comme Avant, avoir des employés très dif­férents est le lot de toute entre­prise.

“Comme partout, des gens vien­nent unique­ment pour manger et d’autres vien­nent car ils sont en sym­biose avec l’éthique de l’entreprise. Je n’en veux ni aux uns, ni aux autres.”

Nos péré­gri­na­tions se pour­suiv­ent en com­pag­nie d’Antoine et de Gré­go­ry, au potager de Pocheco. Instal­lées dans une réserve naturelle, les cul­tures poussent sur un sol limono-argileux avec une bonne réten­tion mais légère­ment sat­uré en eau, car nous sommes ici sur un ancien marais. L’après-midi bien entamée, les deux hommes récoltent les légumes avec lesquels les employés par­tiront en week-end.

Chaque fin de semaine, des légumes de sai­son cer­ti­fiés AB (comme chez Comme Avant) sont ven­dus à des prix com­péti­tifs.

Tout ce qui pousse autour de l’usine est mis à dis­po­si­tion gra­tu­ite­ment pour les équipes et ce qu’on récolte ici, dans le champ voisin, est des­tiné à la vente”, sourit Antoine. 

Permaculture au bureau

Mise en place : casse-tête ou partie de plaisir ? 

Quelles sont les couliss­es d’une entre­prise qui décide de diver­si­fi­er ses activ­ités et de met­tre en place un pro­jet per­ma­cole à cette échelle ?

Con­vic­tion, patience et recrute­ment sem­blent être les maîtres-mots.

Dans les deux cas, l’idée découle d’une volon­té de “faire plus”, d’être un acteur total de la tran­si­tion écologique en pro­posant un pro­jet fédéra­teur de lien entre les salariés et la direc­tion. Une volon­té forte, qui a été pen­sée, pesée et mise en place sur un temps long et non dans la pré­cip­i­ta­tion. Dessin­er le con­tour du pro­jet avec les équipes en interne est une chose, mais faire appel unique­ment à eux, sans ouvrir de nou­veaux postes, appa­raît comme peu réal­is­able.

Jar­dinier ama­teur, Nil a rapi­de­ment con­staté la néces­sité d’embauch­er une maraîchère afin de super­vis­er le pro­jet et d’assurer une présence chaque jour au jardin. Que ce soit chez Comme Avant ou chez Pocheco, la créa­tion d’un espace en per­ma­cul­ture a sig­nifié par­tir de zéro pour les plan­ta­tions. Pen­dant un an, Nil et sa maraîchère ont pré­paré la terre et les qua­tre jardins, sol­lic­i­tant l’aide des équipes lorsque l’activité potagère se fai­sait plus dense.

À la suite du récent départ de sa per­ma­c­ul­trice, Nil a repris le flam­beau avec une cheffe de pro­jet et est en recherche active. Chez Pocheco, l’idée du potager est née de la diver­si­fi­ca­tion des activ­ités de l’entreprise et a per­mis de créer de l’emploi : recruter un per­ma­c­ul­teur en chef, à temps plein, a été une pri­or­ité. Un investisse­ment de taille donc, qui touche à l’équilibre économique de l’entreprise.

Qu’on se le dise, inté­gr­er la per­ma­cul­ture dans sa cul­ture d’entreprise est rarement syn­onyme de prof­it ou de rentabil­ité.

Il n’y a pas de réel but financier dans notre pro­jet de per­ma­cul­ture”, tranche Nil, avant de se remé­mor­er les prémices du pro­jet : “Si j’avais eu de quel­con­ques investis­seurs dans la boîte, ils auraient dit non à cette idée de potager en per­ma­cul­ture, surtout au regard du chiffre d’affaires que l’on fai­sait.”

Trou­ver son mod­èle économique en ouvrant la vente aux par­ti­c­uliers, pro­pos­er des paniers de légumes aux salariés sont autant de façons de com­pos­er afin de trou­ver un équili­bre pécu­ni­aire.

Un pro­jet per­ma­cole ne peut vivre que dif­fi­cile­ment sans activ­ités annex­es com­mer­ciales qui per­me­t­tent de ren­tr­er dans ses frais — Comme Avant dis­pose d’un fonds de dota­tion dédié à préser­va­tion de la bio­di­ver­sité en France, quand Pocheco mon­naye son exper­tise en pro­posant des ren­con­tres et for­ma­tions péd­a­gogiques sur la tran­si­tion écologique.

Pour qu’un tel pro­jet en entre­prise per­dure, l’implication se doit d’être quo­ti­di­enne et la démarche authen­tique. Une obser­va­tion assez logique lorsque l’on sait que la per­ma­cul­ture ne se lim­ite pas au tra­vail de la terre, mais incar­ne une véri­ta­ble philoso­phie de vie.

Ain­si, si cul­tiv­er un potager par­ticipe à la bonne osmose des équipes, une entre­prise en tran­si­tion per­ma­cole doit égale­ment faire évoluer ses pra­tiques de man­age­ment : flex­i­bil­ité dans l’organisation des espaces de tra­vail, mobil­ité flu­id­i­fiée pour les employés, néces­sité du feed­back dans les équipes…

Et, pour revenir au cœur de notre sujet, accès à une ali­men­ta­tion de qual­ité aux antipodes de la can­tine d’entreprise clas­sique. Sur cette ques­tion, une fois de plus, Comme Avant et Pocheco s’inscrivent dans une éthique sim­i­laire : la pre­mière inau­gur­era bien­tôt son restau­rant d’entreprise, ali­men­té par sa pro­pre pro­duc­tion de légumes, quand la sec­onde rénove une belle bâtisse au fond du jardin des équipes, qui comptera des loge­ments pour l’accueil de réfugiés, ain­si qu’un restau­rant des­tiné aux employés et ouvert aux curieux venus d’ailleurs.

Permaculture au bureau

Arti­cle issu du Numéro 7 — Automne 2021 — “Agir”

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.