Entretien : Conservateur d’une réserve naturelle

Entre­tien, de la réserve naturelle à Trinité, en Guyane. Il aura fal­lu atten­dre son retour à Cayenne pour ren­con­tr­er Luc Ack­er­mann…

par | 23 mars 2023

Entre­tien avec Luc Ack­er­mann, con­ser­va­teur de la réserve naturelle de La Trinité, en Guyane.

Pro­pos recueil­lis par Julie Laus­sat


Il aura fal­lu atten­dre son retour à Cayenne pour ren­con­tr­er Luc Ack­er­mann. Et pour cause, il était en mis­sion dans son deux­ième bureau. Les 76 903 hectares de réserve naturelle de La Trinité, en Guyane ! Con­ser­va­teur rat­taché à l’ONF (Office nation­al des forêts), il assure la ges­tion d’un ter­ri­toire unique et par­ti­c­ulière­ment préservé. La réserve abrite plus de 700 espèces d’animaux vertébrés (pois­sons, amphi­bi­ens, rep­tiles, mam­mifères), près de 3 000 espèces d’invertébrés (insectes, araignées, escar­gots…), 1 800 espèces végé­tales con­nues et une diver­sité impres­sion­nante d’habitats naturels en rai­son de sa grande super­fi­cie. 

On entendrait presque les bruits de la forêt lorsqu’il nous par­le des insel­bergs (lit­térale­ment, des “mon­tagnes-îles”) et de la forêt nuageuse. De quoi oubli­er qu’il est avant tout un ges­tion­naire, en charge du bud­get et du suivi admin­is­tratif, néces­saires pour men­er à bien le plan de ges­tion de la réserve.

N’oubliez pas vos chaus­sures de marche et votre bous­sole, nous par­tons pour l’une des réserves naturelles les plus isolées et les plus préservées de France ! Objec­tif : com­pren­dre le rôle d’un con­ser­va­teur comme Luc Ack­er­mann et décou­vrir tout ce qui fait le quo­ti­di­en de ce méti­er.

Comment êtes-vous devenu conservateur d’une réserve naturelle ? 

Je tra­vail­lais depuis plus de 20 ans à l’ONF (Office nation­al des forêts), dans le domaine envi­ron­nemen­tal avant d’être recruté comme con­ser­va­teur. C’était une belle oppor­tu­nité pour m’occuper d’une réserve naturelle aus­si grande que celle de La Trinité, un vrai rêve d’enfant ! 

En quoi consiste votre métier ? 

La plus grande par­tie de mon activ­ité est admin­is­tra­tive. C’est un poste de ges­tion­naire où il faut s’occuper de nom­breux aspects comme le per­son­nel, le bud­get, les rap­ports d’activité, etc. Je passe la moitié de mon temps dans mon bureau, à Cayenne. Je veille au bon respect du plan de ges­tion de la réserve élaboré avec de nom­breux parte­naires insti­tu­tion­nels ou asso­ci­at­ifs. L’autre par­tie impor­tante con­siste à être en con­tact avec les sci­en­tifiques. Puis assur­er la logis­tique des mis­sions et faire le suivi de la réserve sur place. Mon tra­vail implique aus­si la créa­tion de liens sur place avec les col­lec­tiv­ités et le pub­lic, notam­ment sco­laire. 

Pouvez-vous nous présenter la réserve de La Trinité et ses spécificités ?

La réserve est très par­ti­c­ulière ! Elle est tout d’abord com­plète­ment isolée. Pas d’accès par la route ni par les fleuves, nous sommes oblig­és d’être trans­portés par héli­cop­tère. Con­traire­ment à la majorité des réserves, il n’y a pas de sur­veil­lance per­ma­nente sur place. Heureuse­ment, il n’y a pas de ressources minières sur le ter­ri­toire de la réserve, ce qui lim­ite les opéra­tions de déforesta­tion illé­gales et garan­tit sa préser­va­tion. Ensuite, et en rai­son de son isole­ment, la réserve est par­ti­c­ulière­ment bien préservée de l’activité humaine. C’est l’un des derniers ter­ri­toires car­tographiés de la Guyane ! Nous com­mençons à peine un tra­vail de recherche his­torique. En 1788, quand le nat­u­ral­iste Jean-Bap­tiste Leblond tente une explo­ration de ce secteur, il n’y a déjà plus d’Amérindiens et les seules traces de leur pas­sage sont des polis­soirs (roche ayant servi à polir les haches) le long des cours d’eau. 

© Luc Ack­er­mann

La réserve existe depuis 1996, d’abord pour des raisons botaniques. Puis en rai­son de ves­tiges archéologiques à préserv­er et des paysages remar­quables. Désor­mais, le ter­ri­toire est pro­tégé avec qua­tre grands enjeux de con­ser­va­tion. Les savanes-roches et les insel­bergs*, la forêt nuageuse avec ses fougères arbores­centes, le réseau hydro­graphique (1 700 km de cours d’eau !) et le bloc foresti­er qui joue pleine­ment le rôle de réser­voir de bio­di­ver­sité.

Enfin, on pour­rait ajouter que la taille gigan­tesque de la réserve — 76 903 hectares — en fait un espace de con­ser­va­tion par­ti­c­ulière­ment impor­tant pour les recherch­es sci­en­tifiques et pour tous les êtres vivants qui s’y trou­vent. 

Comment s’organise le travail dans un endroit aussi isolé ? 

Comme nous ne pou­vons y accéder qu’en héli­cop­tère, nous cher­chons à lim­iter les tra­jets, pour des raisons écologiques et économiques. Nous sommes ain­si oblig­és de nous lim­iter à trois mis­sions par an, de douze jours cha­cune. Pour opti­miser les mis­sions, nous réu­nis­sons générale­ment plusieurs sci­en­tifiques dans des domaines var­iés, sur un seul déplace­ment.

Con­crète­ment, il s’agit de trans­porter les per­son­nes, le matériel sci­en­tifique et celui du quo­ti­di­en. En dehors des mis­sions, nous devons aus­si entretenir le campe­ment, les layons (les chemins qui per­me­t­tent de se déplac­er au cœur de la réserve), réalis­er des mis­sions de suivi ou faire des relevés. Sur place, pas de con­tact avec l’extérieur, mais unique­ment une liai­son télé­phonique par satel­lite. 

Une des mis­sions les moins con­nues, et pour­tant très impor­tante, est de veiller sur les espèces exo­tiques envahissantes. À chaque mis­sion sur place, nous avons un pro­to­cole de net­toy­age pour éviter de trans­porter des espèces envahissantes hors et dans la réserve.

Le reste du temps, je suis à Cayenne pour la par­tie admin­is­tra­tive. Cela me per­met aus­si de tra­vailler avec les deux com­munes du ter­ri­toire de la réserve (Mana et Saint-Élie) et de mon­ter des pro­jets pour com­mu­ni­quer auprès des plus jeunes, peu sen­si­bil­isés à l’existence de la réserve.

© Luc Ack­er­mann

Pourquoi le lieu intéresse-t-il les scientifiques, notamment les botanistes ? 

Une réserve est d’abord un lieu priv­ilégié pour réper­to­ri­er les espèces végé­tales ou ani­males. Cepen­dant, il est égale­ment intéres­sant d’y men­er des recherch­es sur cer­taines espèces indi­ca­tri­ces d’un bon état de con­ser­va­tion, espèces qui vont s’adapter à divers événe­ments dont, évidem­ment, le change­ment cli­ma­tique. Il est alors per­ti­nent d’étudier l’évolution de ces espèces : est-ce que leur nom­bre aug­mente ou dimin­ue ? Est-ce qu’elles se dépla­cent ? Phrag­mi­pedi­um lind­leyanum, orchidée ter­restre remar­quable des insel­bergs, pour­raient être une de ces espèces à suiv­re. Glob­ale­ment pour l’étude de la botanique, c’est très com­plexe. Pour les arbres par exem­ple, une par­celle per­ma­nente d’étude de qua­tre hectares sur la réserve com­porte 291 espèces de 47 familles ! Que ce soit pour la flo­re ou la faune, il est impor­tant de pren­dre en compte l’approche écosys­témique. Ce lien Homme-Nature appa­raît dans plusieurs études, sur les vecteurs de mal­adies, la con­nais­sance de la phar­ma­copée ou de la faune du sol, etc. 

Comment se déroule une journée type à la réserve ?

Chaque soir, nous prenons le temps de pré­par­er le pro­gramme du lende­main. Il faut organ­is­er les dif­férentes mis­sions pour qu’elles ne se gênent pas, véri­fi­er l’équipement (GPS, cartes, piles…) et s’assurer de la sécu­rité des layons (les chemins) pour les sci­en­tifiques. Con­traire­ment à ce que l’on pense, le plus grand risque n’est pas de ren­con­tr­er des ani­maux dan­gereux mais de se per­dre ou de se bless­er bête­ment ! Nous devons tou­jours savoir où sont les équipes et ne jamais nous press­er, pour éviter les acci­dents. En journée, les sci­en­tifiques s’affairent sur le ter­rain, en veil­lant à réalis­er leur pro­to­cole jusqu’aux dernières heures de clarté, et bien plus tard s’il s’agit de suivi d’amphibiens par exem­ple.

Le soir, pour plus de con­vivi­al­ité, nous prenons nos repas ensem­ble avec un cuisinier tour­nant. Cela nous per­met d’apporter moins de nour­ri­t­ure et d’alléger le trans­port. Les sci­en­tifiques peu­vent aus­si se con­cen­tr­er pleine­ment sur leurs études.

L’approvisionnement en eau se fait sur place, dans la crique Aya où l’eau est de très bonne qual­ité. Elle a aus­si l’avantage d’être rel­a­tive­ment fraîche, ce qui est très appré­cia­ble après une journée de ter­rain ! 

À quoi sert une réserve naturelle ?

C’est un espace naturel pro­tégé par une régle­men­ta­tion spé­ci­fique en rai­son de sa sit­u­a­tion remar­quable, de la présence d’espèces ani­males et végé­tales ou des car­ac­téris­tiques géologiques par­ti­c­ulières. La régle­men­ta­tion vise à pro­téger et à gér­er les réserves pour leur préser­va­tion, à organ­is­er des mis­sions d’études sci­en­tifiques et à sen­si­bilis­er le pub­lic à l’importance de la bio­di­ver­sité. 

Il existe 351 réserves naturelles français­es, dont la plus grande, dans les Ter­res Aus­trales, pro­tège 67,2 mil­lions d’hectares.

Ce que vous aimez le plus dans votre métier ? 

J’apprécie la chance que j’ai d’être con­ser­va­teur d’une réserve aus­si grande, qui per­met d’observer des choses excep­tion­nelles ! Évidem­ment, j’aime être sur le ter­rain et tra­vailler avec les sci­en­tifiques dans des domaines très var­iés. Mais j’apprécie aus­si les pro­jets avec les habi­tants, col­lec­tiv­ités ou sco­laires : il est inutile de réper­to­ri­er des mil­liers d’espèces si les habi­tants les plus proches n’en ont même pas con­science ! La Guyane est un ter­ri­toire très vaste et pas assez sen­si­bil­isé aux enjeux de la bio­di­ver­sité. Je suis ravi que l’on arrive à mon­ter des pro­jets avec les jeunes et à amen­er cer­tains élèves sur place. 

Et ce que vous aimez le moins ? 

La par­tie admin­is­tra­tive, même si elle est indis­pens­able, est par­fois un vrai casse-tête. Nous devons faire vivre toute la réserve avec un bud­get lim­ité, faire appel au mécé­nat. Je suis soulagé que le bud­get nation­al ait aug­men­té dernière­ment, cela va me per­me­t­tre de pass­er plus de temps sur place. 

Un con­seil pour ceux qui aimeraient devenir con­ser­va­teurs ou tra­vailler dans une réserve ? 

Il y a beau­coup de deman­des pour très peu de postes de con­ser­va­teur. Si on a un attrait par­ti­c­uli­er pour la ges­tion des espaces naturels, il faut d’abord s’y inve­stir bénév­ole­ment. Il existe plusieurs asso­ci­a­tions de pro­tec­tion de l’environnement qui col­la­borent avec des réserves naturelles et ces dernières cherchent aus­si des bénév­oles sur place. Nous ne pou­vons pas en accueil­lir à La Trinité en rai­son de son isole­ment mais il y a de nom­breuses réserves naturelles en métro­pole ! 

© Luc Ack­er­mann

Bonus : un conseil pour ceux qui aimeraient aller en Guyane ? 

Je recom­mande le Guide Guyane de Philippe Boré, il est sou­vent mis à jour. Il abor­de tous les aspects de la faune et de la flo­re, les sen­tiers ou les réserves de Guyane. Il est d’ailleurs intéres­sant même si on ne vient pas en Guyane !

À pro­pos de la réserve naturelle de La Trinité

www.reserve-trinite.fr

Vis­ite virtuelle de la réserve sur le site Inter­net.

For­ma­tion con­ser­va­teur de réserve naturelle 

Fonc­tion publique — Poste de caté­gorie A — Ouvert aux con­tractuels

Les for­ma­tions sont var­iées (Bac + 5) : domaines de l’écologie, de la biolo­gie, diplôme d’ingénieur en envi­ron­nement, etc. 

Offres d’emploi pour les réserves naturelles sur le site Inter­net www.reserves-naturelles.org

Arti­cle issu du Numéro 6 – Été 2021 – “Explor­er”

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.