Entretien : L’hydroponie chez Les Sourciers

Chez les Sourciers, la serre de cul­ture n’est pas tout à fait con­ven­tion­nelle. Ils pra­tiquent en effet le maraîchage en hydro­ponie, tech­nique qui con­siste à rem­plac­er la terre par l’eau.

par | 26 février 2023

Ren­con­tre avec Mar­i­on Sar­lé de la ferme en hydro­ponie Les Sourciers.

Par Julie Laus­sat.


Chez les Sourciers, la serre de cul­ture n’est pas tout à fait con­ven­tion­nelle. Aucun risque de se salir avec la terre… tous les légumes ont les pieds dans l’eau ! Ils pra­tiquent en effet le maraîchage en hydro­ponie, tech­nique qui con­siste à rem­plac­er la terre par l’eau.

L’hydroponie demeure assez con­fi­den­tielle en France. Alors qu’on racon­te qu’elle était présente dans les mys­térieux jardins sus­pendus de Baby­lone, nous avons encore beau­coup de préjugés sur cette cul­ture. En France, où l’on cul­tive la terre de généra­tion en généra­tion, l’hydro­ponie a longtemps eu l’image d’une cul­ture peu écologique, gour­mande en eau et réservée à la cul­ture de plantes inter­dites… Pour­tant, chez Mar­i­on et Nico­las, c’est un petit monde mer­veilleux.

On décou­vre :

  • une tech­nique de cul­ture pointue et respectueuse de l’environnement
  • des légumes savoureux et col­orés qui ravis­sent les chefs de la région
  • et, surtout, Mar­i­on et Nico­las, amoureux de leur micro­ferme aqua­tique

On vous embar­que dans un monde où les plantes se prélassent tran­quille­ment, les racines dans l’eau…

Comment êtes-vous arrivés à l’hydroponie ? 

Com­plète­ment par hasard et pour le plaisir ! À l’époque, nous habi­tions à Buenos Aires. Il était impos­si­ble de faire pouss­er quoi que ce soit sur notre bal­con. Nous avons décou­vert là-bas la cul­ture en hydro­ponie. Nous avons été sur­pris par le goût incroy­able des légumes et des fruits. Notre bal­con est alors devenu, pen­dant deux ans, un vrai lab­o­ra­toire pour nos essais d’hydro­ponie, avec des échecs et des réus­sites. C’était exci­tant d’expérimenter de nou­velles choses très tech­niques ! L’hydro­ponie per­met d’avoir accès aux racines et d’apprendre ain­si beau­coup de choses sur les besoins des plantes. Petit à petit, d’une sim­ple curiosité est né un intérêt per­son­nel. Nous étions émer­veil­lés de faire pouss­er notre nour­ri­t­ure, alors pourquoi ne pas ten­ter une recon­ver­sion !

Notre retour en France a cepen­dant calmé nos ardeurs. L’hydro­ponie était encore peu con­nue ici et l’agriculture hors-sol avait une très mau­vaise image. Nous nous sommes don­né six mois pour lancer notre pro­jet. Puis voir si nous pou­vions en vivre, sinon : retour à nos métiers d’origine !

@Les Sourciers

Comment est né le projet de la ferme Les Sourciers ? 

À l’origine, je voulais plutôt faire de la péd­a­gogie et de la for­ma­tion, afin de faire con­naître l’hydro­ponie en milieu urbain. Cepen­dant, il a rapi­de­ment été clair qu’il fal­lait d’abord rentabilis­er notre pro­jet, le met­tre en pra­tique et appren­dre les dif­férentes tech­niques. Nous voulions installer notre micro­ferme en ville mais c’était sans compter sur les dif­fi­cultés à trou­ver un espace à louer. Nous avons alors atter­ri dans le Gers par hasard. Avec l’opportunité d’y louer une serre, mais tou­jours avec l’idée de revenir en ville ensuite… Depuis, nous sommes telle­ment heureux ici que nous n’arrivons plus à repar­tir !

Comment était vu votre projet dans une région habituée à l’agriculture traditionnelle ?

Au départ, les agricul­teurs nous pre­naient un peu pour des illu­minés. Nous étions vus comme des citadins voulant jouer aux agricul­teurs et beau­coup pen­saient que nous ne tien­dri­ons pas la cadence ! Petit à petit, nous avons ren­con­tré plusieurs d’entre eux et nous leur avons mon­tré que nous tra­vail­lions aus­si dur qu’eux. Beau­coup ont suivi avec atten­tion l’avancée de notre pro­jet. Aujourd’hui, tout se passe très bien ! 

Peux-tu nous expliquer en quoi consiste l’hydroponie ? 

L’hy­dro­ponie repose sur un principe de base : l’al­i­men­ta­tion de la plante se fait par l’eau. Il y a trois manières dif­férentes de faire de l’hydro­ponie, en fonc­tion du type d’apports en nutri­ments que l’on doit ajouter. Dans tous les cas, cela sup­pose d’apporter des nutri­ments minéraux dans l’eau, mais dans des pro­por­tions dif­férentes selon les tech­niques. 

La pre­mière est ce qu’on appelle com­muné­ment l’hydroponie minérale. Il s’agit d’ajouter unique­ment des minéraux dans l’eau, en fonc­tion des besoins pro­pres à chaque var­iété. La deux­ième tech­nique repose,en com­plé­ment de l’apport minéral, sur les nutri­ments organiques grâce au tra­vail des bac­téries : c’est la bio­ponie. Enfin, la troisième méth­ode, plus sur­prenante et plus com­plexe, fait inter­venir des pois­sons qui appor­tent les nutri­ments organiques néces­saires dans l’eau. Pour cette tech­nique d’aquaponie, l’ap­port en nutri­ments minéraux est beau­coup plus faible.

@Les Sourciers

Quelles variétés cultivez-vous à la ferme ?

Tout est pos­si­ble mais la tech­nique est par­ti­c­ulière­ment adap­tée aux plantes à crois­sance rapi­de et aux légumes feuilles. Nous cul­tivons notam­ment des aro­mates, des tomates, des fleurs comestibles et des micro-pouss­es. L’avantage de l’hydro­ponie est l’absence d’une grande par­tie des insectes ravageurs et de con­tact des fruits avec le sol. Nos pouss­es ont ain­si de très bonnes qual­ités visuelles et nutri­tives, nos chefs gas­tronomiques sont ravis ! Nous avons aus­si une par­tie de la serre dédiée à la cul­ture en terre. Notam­ment pour notre pro­pre autonomie ali­men­taire, mais aus­si pour cul­tiv­er les plantes mères de cer­taines herbes aro­ma­tiques. Nos sys­tèmes hydro­poniques sont fer­més l’hiver. Il faut alors recom­mencer à zéro, chaque année, mais cela nous per­met de con­serv­er de pré­cieux moments de repos.

L’hydroponie a parfois mauvaise presse, on l’assimile souvent à la culture hors-sol conventionnelle… Peux-tu nous en dire plus ? 

Il y a autant de bonnes et de mau­vais­es manières de faire de l’hydro­ponie que de cul­tiv­er la terre. Une exploita­tion d’hydro­ponie en sys­tème fer­mé con­somme beau­coup moins d’eau et de solu­tions nutri­tives qu’en agri­cul­ture clas­sique. Les apports en nutri­ments sont effec­tués à la pipette. Nous sommes très loin des tonnes de nutri­ments util­isées dans d’autres mod­èles. Notre serre con­somme env­i­ron deux cents mètres cubes d’eau à l’année, soit moins que notre con­som­ma­tion per­son­nelle à la mai­son !

Il y a aus­si des con­tro­ver­s­es liées à l’utilisation des nutri­ments minéraux. S’ils ne posent pas de soucis pour notre san­té, il y a bien des inter­ro­ga­tions quant à leurs orig­ines et à leur mode d’extraction. Nous avons beau­coup de dif­fi­cultés à avoir des don­nées pré­cis­es. Cer­tains sont créés en lab­o­ra­toire, d’autres ont des procédés d’extraction peu écologiques…. C’est une prob­lé­ma­tique sur laque­lle nous espérons qu’il y aura plus de trans­parence à l’avenir.

@Les Sourciers

Peut-on se lancer dans l’hydroponie sur notre balcon ? 

Oui, bien sûr ! C’est chou­ette à expéri­menter et à bricol­er. Il est par exem­ple assez sim­ple de con­stru­ire un petit sys­tème de radeau flot­tant avec du matériel récupéré. Dans une caisse en plas­tique opaque, il suf­fit de dépos­er une plaque de poly­styrène et d’y faire des trous pour y installer des petits godets. Il faut prévoir un sub­strat rem­plaçant la terre, comme des billes d’argile, pour tenir la plante en place dans le godet. Pour oxygén­er l’eau, il est pos­si­ble d’installer un bulleur d’aquarium ou seule­ment de tapot­er l’eau avec la main de temps en temps. Pour la nutri­tion, il vaut mieux se fournir dans un grow­shop. Afin de trou­ver une solu­tion de nutri­tion minérale prête à l’emploi. Côté plantes à tester, je con­seille sou­vent de com­mencer avec les salades ou avec le basil­ic, surnom­mé “la bombe de l’hydroponie” tant il est savoureux avec cette tech­nique !

Atten­tion ! Si vous voulez faire repouss­er vos légumes dans l’eau à la mai­son, l’eau du robi­net ne con­tient pas assez de nutri­ments pour per­me­t­tre de faire une vraie cul­ture en hydro­ponie. Le légume con­tin­uera à pouss­er unique­ment avec les nutri­ments qui lui reste. Il est plus effi­cace de les planter en terre ou d’opter pour des salades à couper.

Comment vois-tu l’hydroponie dans vingt ans ? 

J’espère qu’elle ne servi­ra pas d’excuse pour pol­luer les sols. En aucun cas, cette tech­nique ne doit venir rem­plac­er la cul­ture de la terre. Cepen­dant, c’est une des solu­tions aux enjeux cli­ma­tiques car elle per­me­t­tra de main­tenir des cul­tures dans cer­taines régions où l’eau manque et où les sols sont trop pol­lués. Il est impor­tant de dévelop­per l’hydro­ponie en France ou en Europe pour en faire un ter­rain d’expérimentation et faciliter ensuite sa pro­mo­tion dans les pays qui en ont besoin.

Infos : Les Sourciers 

Arti­cle issu du Numéro 2 – Été 2020 – “Observ­er”

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.