Entretien : les maraîchers du Potager des mille fleurs

Ren­con­tre avec les maraîch­ers du Potager aux mille fleurs de l’Île de Ré pour con­naître leur plan­ning en hiv­er, une sai­son moins con­nue du grand pub­lic.

par | 25 janvier 2023

Ren­con­tre avec Gilles Boulay et Muriel Meier, maraîch­ers en agri­cul­ture biologique sur l’île de Ré.

Par Laeti­tia Roux.


Leur école n’est pas celle de l’agriculture, mais celle de la nature. C’est en s’intéressant aux plantes sauvages, puis aux principes d’autosuffisance et de per­ma­cul­ture que Gilles et Muriel en sont venus à l’idée de faire pouss­er et de ven­dre des légumes. Depuis près d’un an, ils cul­tivent leur par­celle sableuse de l’île de Ré, en plaçant au cœur de leur démarche la sci­ence des asso­ci­a­tions, le tra­vail manuel exclusif et un min­i­mal­isme assumé dans le choix des tech­niques et des pro­duits util­isés. L’objectif : créer un équili­bre naturel qui per­me­t­tra à leur potager de s’épanouir sur le long terme.

Leurs étals reflè­tent cette philoso­phie : la palette de var­iétés pro­posée est guidée par la sai­son et les spé­ci­ficités du sol, et les légumes fraîche­ment cueil­lis se mêlent aux fleurs comestibles dans un tableau chamar­ré. Alors que les tem­péra­tures descen­dent et que les jours rac­cour­cis­sent, nous leur avons demandé com­ment leur exploita­tion est organ­isée et com­ment ils abor­dent la sai­son hiver­nale.

Com­ment est né le Potager des mille fleurs ? 

Nous avons vécu vingt ans dans le Lot, en util­isant toutes les ressources renou­ve­lables et naturelles de notre envi­ron­nement. Nous con­nais­sions la faune et la flo­re sauvages, les champignons et les baies. Notre mai­son, que nous avions ren­ovée avec des matéri­aux écologiques, fonc­tion­nait unique­ment à l’eau de pluie. Notre jardin potager nous per­me­t­tait d’être auto­suff­isants une grande par­tie de l’année. 

Par la suite, Muriel a suivi une for­ma­tion sur les plantes aro­ma­tiques et médic­i­nales et Gilles a passé un BP Respon­s­able d’ex­ploita­tion agri­cole. Nous nous sommes instal­lés offi­cielle­ment en tant que maraîch­ers, sur l’île de Ré, en jan­vi­er 2020. 

Nous avons une devise : “Green Love, sème la vie, pas le prof­it !” Cette activ­ité ne nous per­met pas de dégager énor­mé­ment de prof­it : nous essayons d’atteindre un équili­bre que nous voulons juste pour nous et pour tous.

Com­ment est struc­turé le potager ?

Nous exploitons pour l’instant une par­celle de six mille mètres car­rés, sur un ter­rain de deux hectares et demi. Sur cette par­celle, nous avons dix jardins. Chaque jardin est com­posé de huit planch­es de cul­ture, longues de trente mètres, elles-mêmes divisées en trois ou cinq rangs (trois pour les cul­tures qui doivent être aérées, cinq pour les autres). Un rang cor­re­spond tout sim­ple­ment à une ligne d’arrosage. Nous arrosons les plan­ta­tions à l’aide de tuyaux en goutte-à-goutte. Sur chaque planche, on asso­cie deux ou trois légumes qui aiment être ensem­ble, mais aus­si des fleurs com­pagnes comme les bleuets, les soucis, les tagètes ou les nigelles de Damas… Dans chaque jardin, il y a égale­ment une planche entière con­sacrée aux fleurs, plantes aro­ma­tiques et médic­i­nales et aux futurs arbres fruitiers.

Les planch­es de cul­ture sont stan­dard­is­ées, afin de pou­voir chaque année piv­ot­er d’un jardin à un autre. Nous ne replan­tons jamais deux fois la même chose au même endroit ! Nous pra­tiquons une rota­tion des cul­tures sur cinq ans. 

Ce sché­ma s’inspire à la fois du Bon jar­dinier (almanach hor­ti­cole de 1860), de la méth­ode Cole­man, de la méth­ode Forti­er et des principes de la per­ma­cul­ture.

Com­ment vous organ­isez-vous pour pro­duire toute l’année ?

Nous avons d’abord fait une sélec­tion de ce que nous voulions planter. Nous cul­tivons une terre sableuse, donc nous ne pou­vons pas faire pouss­er tous les légumes. Cette année, nous n’avons pas plan­té de choux, car ils sont très gour­mands et notre sol est pau­vre ! 

Ensuite, nous étab­lis­sons un rétro­plan­ning. Nous esti­mons la quan­tité que nous souhaitons récolter pour chaque légume (en fonc­tion des marchés où nous nous ren­dons), à quel moment de l’année et com­bi­en de temps il met pour pouss­er, sachant que l’on choisit tou­jours des var­iétés pré­co­ces, de sai­son et tar­dives. On mul­ti­plie par 1,3 pour pren­dre en compte les pertes éventuelles : cela nous donne un cal­en­dri­er avec les quan­tités à semer chaque mois

Le pre­mier jardin débute en mars, avec les légumes feuilles et les légumes racines : salades, radis, carottes, bet­ter­aves. En avril, nous instal­lons un deux­ième jardin avec les courges puis, un autre, avec de nou­veaux légumes feuilles et racines. Et c’est comme cela tout au long de l’année, jusqu’à l’automne : chaque mois, nous met­tons en place un nou­veau jardin. Quand un jardin est ter­miné, on sème de l’engrais vert, on le laisse respir­er, puis on remet de la matière organique, on sème de nou­veau, et c’est repar­ti pour l’année suiv­ante !

Com­ment se passe l’hiver quand on est maraîch­ers ?

Tout d’abord, il y a plusieurs var­iétés que nous con­tin­uons à semer en hiv­er : les navets et les carottes, jusqu’en novem­bre, ou les pommes de terre nou­velles (c’est-à-dire celles qui sor­tiront au print­emps), à par­tir de jan­vi­er, par exem­ple. Les semis de tomate démar­rent aus­si dès la mi-jan­vi­er, sous serre. Et, bien sûr, nous semons des salades tous les mois, sans pause.

De plus, nous prof­i­tons de l’hiver pour pré­par­er nos extraits fer­men­tés (ndlr : aus­si appelés “purins”). Nous avons trois mous­que­taires, qui nous ser­vent à prévenir et à com­bat­tre qua­si­ment toutes les mal­adies : le purin d’ortie pour apporter de l’azote et aider la plante à se dévelop­per plus vite, le purin de fougère qui est un anti­fongique et un répul­sif pour les limaces et escar­gots et le purin de prêle qui con­tient de la sil­ice, pour ren­forcer la cel­lule végé­tale. Nous réal­isons tous ces purins nous-mêmes : ils sont prêts en quinze jours de fer­men­ta­tion env­i­ron, puis ils se con­ser­vent pen­dant plusieurs mois !

Com­ment pré­parez-vous le sol ?

Nous sommes par­tis d’un sol très pau­vre en nutri­ments. Nous devons donc, pen­dant les trois pre­mières années, apporter énor­mé­ment de matière organique : cinq à dix cen­timètres sur chaque cul­ture. Nous con­tin­uerons bien sûr les années suiv­antes, mais en moin­dre quan­tité. Nous util­isons du com­post mûr, du fumi­er de cheval mûr, du pail­lage de drêche ain­si que des feuilles et tontes fraîch­es. Qua­si­ment tout est récupéré locale­ment : auprès des mairies, d’associations, d’artisans (la drêche, par exem­ple, provient d’un brasseur de bière de l’île de Ré) ou même de par­ti­c­uliers !

De plus, nous lais­sons tou­jours les fins de cul­ture en place, sur les bor­ds des planch­es : cela per­met de pailler, d’apporter de la matière organique et même de faire bar­rière con­tre le vent.

En automne/hiver, nous met­tons égale­ment en place des engrais verts : un mélange de vesce, luzerne, phacélie et trèfle. Lorsqu’il sera temps de replanter, nous couper­ons et coucherons les plantes sur le sol.

Com­ment réalisez-vous vos semis ?

Au début, nous avons acheté la plu­part des graines mais, main­tenant, nous récupérons les celles de toutes nos cul­tures, sauf les courges (à cause du risque d’hybridation). L’idéal, c’est de réu­tilis­er nos semences, car ce sont les mieux adap­tées à notre envi­ron­nement ! 

Nous nous procurons quelques plants pour le démar­rage de la sai­son, afin de nous assur­er les pre­mières récoltes. En mars, nous achetons ain­si des pieds de tomate, qui ont été élevés sous serre et ne sup­port­eront pas d’être en extérieur. Ils sont beau­coup plus frag­iles que ceux que nous pro­duisons nous-mêmes, cela se voit tout de suite…

@Veìr Mag­a­zine

Com­ment lut­tez-vous con­tre les ravageurs ?

La seule façon de réus­sir dans l’agriculture biologique, c’est l’observation et la préven­tion. Il faut réa­gir très vite : on peut per­dre une cul­ture en une semaine. Tous les matins, nous pas­sons entre les cul­tures et nous les obser­vons à la loupe ! Pour savoir quels sont les insectes présents, nous util­isons des plaques engluées qui cap­turent les insectes (en petite quan­tité) et nous per­me­t­tent d’identifier les ravageurs et de déter­min­er si leurs pré­da­teurs sont déjà là pour les chas­s­er ! Si besoin, nous pra­tiquons la PBI (Pro­tec­tion biologique inté­grée), qui con­siste à intro­duire des insectes pré­da­teurs (par exem­ple, le syr­phe ou la chrysope pour les pucerons) en début d’invasion. Le potager est un tout, où l’équilibre créé au fil du temps se révèle beau­coup plus effi­cace que des actions ponctuelles et dis­pro­por­tion­nées. Nous util­isons aus­si des bâton­nets de con­fu­sion sex­uelle, une nou­velle méth­ode qui s’avère utile pour lut­ter con­tre cer­tains insectes (notam­ment la Tuta abso­lu­ta de la tomate) : ces derniers dif­fusent la phéromone que déga­gent nor­male­ment les femelles, semant ain­si la con­fu­sion chez les mâles, qui  ne trou­vent plus leur parte­naire.

Quels con­seils don­ner­iez-vous à des appren­tis jar­diniers ?

Com­mencer par une petite sur­face : un car­ré, un pot, un bac. Penser aux fleurs pour attir­er les insectes pollinisa­teurs. Et acheter les pre­miers plants pour s’assurer un résul­tat ! Ne rien avoir, c’est quand même un peu triste.

Infos : Le Potager des milles fleurs

Arti­cle issu du Numéro 4 – Hiv­er 2020 – “Imag­in­er”

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.