Faire pousser des noyaux et pépins

Com­ment faire pouss­er des noy­aux et pépins ? Nous vous don­nons toutes nos astuces pour réus­sir vos plan­ta­tions…

par | 28 novembre 2022

Com­ment faire pouss­er ses pro­pres plantes vertes ? L’expérience fasci­nante d’une évo­lu­tion de la graine à la plante n’est pas réservée au potager ou au jardin d’ornement. Nom­bre de plantes vertes peu­vent égale­ment s’obtenir à par­tir de pépins et noy­aux, grâce aux fruits que nous con­som­mons !

Quelles espèces pour une culture en intérieur ?

Dans une habi­ta­tion aux alen­tours de 20 °C toute l’année, les espèces d’origine trop­i­cale ou sub­trop­i­cale sont les plus indiquées. Ces con­di­tions leur con­vi­en­nent pour ger­mer et tout au long de leur crois­sance – à l’instar des nom­breuses espèces tra­di­tion­nelle­ment cul­tivées comme plantes vertes chez nous. 

Au con­traire, les espèces de cli­mat tem­péré (pomme, poire…), qui ont besoin d’une péri­ode de vrai froid pour accom­plir leur cycle végé­tatif naturel, sont à éviter. 

Cer­taines graines sont plus dif­fi­ciles à faire ger­mer que d’autres. Par exem­ple lorsqu’elles sont très sen­si­bles aux tem­péra­tures ou néces­si­tent un procédé par­ti­c­uli­er (voir ci-dessous). Nom­bre d’entre elles peu­vent égale­ment deman­der plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant de lever : la patience est donc de mise !

Enfin, il faut tenir compte de la pratic­ité de la plante lorsqu’elle se dévelop­pera (type de port, rythme de crois­sance, taille adulte…) pour pou­voir la cul­tiv­er aisé­ment en intérieur durant quelques années.

Quelques espèces à semer et leur temps de lev­ée :

- Grenade – 5 à 10 jours

- Litchi – 2 à 3 semaines

- Agrumes – 2 à 4 semaines

- Papaye – 2 à 4 semaines

- Fruit du drag­on – 2 à 4 semaines

- Caféi­er – 3 à 7 semaines

- Avo­cat – 6 à 8 semaines

- Dat­ti­er – Jusqu’à 6 mois

Faire pousser vos noyaux et pépins
Pho­togra­phie par Vic­to­ria Arias

Où trouver des graines adaptées à la plantation ?

Dans nos fruits

Si les étals des com­merces nous offrent nom­bre de graines à planter, il ne suf­fit pas tou­jours d’épépiner le pre­mier cit­ron venu pour obtenir un bon résul­tat. 

En effet, cer­tains fruits importés sont traités pour amélior­er leur con­ser­va­tion, voire pas­teurisés (c’est sou­vent le cas des dattes). Cela peut affecter la via­bil­ité de leurs graines. Quand celles-ci ne sont pas sim­ple­ment ren­dues impré­dictibles par la mod­i­fi­ca­tion géné­tique, comme avec les var­iétés hybrides F1.

Il est donc impor­tant de priv­ilégi­er des fruits bien frais, de cul­ture aus­si naturelle que pos­si­ble. Au marché ou en mag­a­sin bio, les chances de trou­ver des fruits aisé­ment repro­ductibles sont ain­si plus élevées qu’en super­marché. 

Veillez égale­ment à choisir des fruits bien mûrs ou à les laiss­er mûrir avant le prélève­ment.

Chez les pépiniéristes spécialisés en plantes exotiques

Pour les espèces dont les noy­aux ou pépins sont dif­fi­ciles à obtenir en ver­sion fraîche dans nos con­trées (café, agrumes spé­ci­aux…), on peut se tourn­er vers les pépiniéristes spé­cial­isés en plantes trop­i­cales.

Semis & Plantation noyaux et pépins

Com­mencez ce proces­sus de préférence au print­emps ou en été. Il est égale­ment pos­si­ble de le faire en hiv­er. Une lampe de cul­ture est alors indis­pens­able pour com­penser la quan­tité réduite des heures de jour.

Les différentes étapes :

- Si vos graines sont issues d’un fruit (noy­aux, pépins…), com­mencez par les net­toy­er à l’eau claire. Afin de retir­er toute trace de chair.

- Faites trem­per vos graines dans un ther­mos d’eau chaude (mais non bouil­lante) durant 24 h. Cette étape per­met de ramol­lir l’enveloppe pro­tec­trice extérieure des pépins ou noy­aux. Ce qui “réveille” le proces­sus de ger­mi­na­tion et favorise l’émergence des futures pouss­es.

- Pré­parez vos ter­rines en les rem­plis­sant de ter­reau à semis que vous aurez préal­able­ment humid­i­fié (mais pas détrem­pé), jusqu’à 1–2 cm du bord.

- Prévoyez de préférence une seule graine par ter­rine. La plu­part des plan­tules auront besoin de rester quelques semaines dans leur pot d’origine avant de pou­voir être trans­plan­tées. On évite aus­si de cette façon une déli­cate divi­sion des racines entre deux plan­tules au moment du repi­quage.

- Enfon­cez les graines dans le ter­reau à une pro­fondeur équiv­a­lente à 2 ou 3 fois leur hau­teur. Par exem­ple, un pépin de 1 cm de long doit être enter­ré à 2–3cm sous la sur­face.

- Recou­vrez le trou de sub­strat le cas échéant et tassez légère­ment. Éti­quetez tous vos pots avec le nom de l’espèce et la date de semis.

- Placez vos ter­rines sous un dôme trans­par­ent, dans un sac plas­tique ou tout autre sys­tème de mini-serre capa­ble de préserv­er l’humidité atmo­sphérique et la tem­péra­ture autour des pots : c’est ce que l’on appelle la cul­ture à l’étouffée.

Faire pousser vos noyaux et pépins

Comment faire les premiers soins pour faire pousser ses noyaux et pépins ?

La majorité des graines d’espèces trop­i­cales ou sub­trop­i­cales néces­si­tent des tem­péra­tures con­stam­ment élevées pour ger­mer : en général, entre 25 et 30 °C. Cette chaleur peut être obtenue à l’aide d’un tapis chauf­fant spé­cial semis ou en posant vos ter­rines au-dessus d’un radi­a­teur. 

Placez vos ter­rines dans un endroit très lumineux, mais sans soleil direct, sous peine de brûler vos jeunes pouss­es. 
Si un manque de lumière se fait sen­tir, les jeunes pouss­es risquent de “fil­er”. La tige s’allonge exces­sive­ment, restant fine et ché­tive, tan­dis que les feuilles ne gran­dis­sent pas ou mal, avec une issue sou­vent fatale. N’hésitez donc pas à recourir à une lampe de cul­ture en cas de besoin.

Une fois les cotylé­dons* apparus, une tem­péra­ture ambiante nor­male, autour de 20 °C, devrait à nou­veau suf­fire. Vous pou­vez égale­ment retir­er pro­gres­sive­ment la serre (en soule­vant le cou­ver­cle de plus en plus sou­vent sur une péri­ode de 7 à 10 jours) pour que vos jeunes plan­tules s’habituent à une atmo­sphère plus sèche. 

Dès la plan­ta­tion et pen­dant toute la péri­ode de crois­sance, veillez à ce que le ter­reau soit tou­jours légère­ment humide : la moin­dre péri­ode de sécher­esse pour­rait faire dépérir les pouss­es. À l’inverse, un ter­reau trop mouil­lé présente un risque de pour­ri­t­ure. 

Bien arroser au pied plutôt que sur les feuilles, afin d’éviter le développe­ment de champignons – par­ti­c­ulière­ment lorsque les plan­tules sont sous serre.

*Les cotylé­dons sont les pre­mières feuilles à pouss­er, elles ont sou­vent une forme lisse. Elles con­ti­en­nent les réserves nutri­tives de la plante et tomberont une fois que les véri­ta­bles feuilles auront poussé.

Procédés par­ti­c­uliers :

Cer­taines graines deman­dent des manip­u­la­tions sup­plé­men­taires pour aug­menter leurs chances de ger­mer : une sim­u­la­tion du repos hiver­nal en les plaçant quelques semaines dans du coton humide au réfrigéra­teur avant de semer (pour cer­taines espèces de kiwi, par exem­ple), ou une abra­sion de la couche extérieure de la graine (le tégu­ment) quand celle-ci est très dure afin d’aider l’eau à y pénétr­er, notam­ment pour les bananiers ou les baob­a­bs. Les orchidées comme la vanille, quant à elles, sont égale­ment très exigeantes : leurs minus­cules semences néces­si­tent une cul­ture in-vit­ro entière­ment stérile.

Poursuite de la culture

L’arrosage doit être réguli­er tout au long de la crois­sance, mais bien dosé. 

Quelques semaines après la lev­ée des semis, un repi­quage peut s’avérer néces­saire. Véri­fiez si des racines com­men­cent à sor­tir des trous de drainage sous le pot. Si c’est le cas, il est temps de rem­pot­er déli­cate­ment votre jeune plant dans un con­tenant plus grand, avec un ter­reau enrichi en engrais.

Enfin, con­tin­uez la cul­ture de votre plant selon les instruc­tions d’entretien pro­pres à son espèce. 

Retrou­vez d’autres con­seils jar­di­nages dans le Numéro 9 — Print­emps 2022 “Grandir”. Arti­cle rédigée par Vic­to­ria Arias.

Vous avez aimé cet arti­cle ? Épin­gle-le sur Pin­ter­est pour le retrou­vez plus tard !

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.