d

Alienum phaedrum torquatos
nec eu, vis detraxit periculis ex,
nihil expetendis in mei.

contact
neva@office.com
+456933336454
2606 Saints Alley
Tampa, FL 33602
Follow Us

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Faire pousser des noyaux et pépins

Faire pousser des noyaux et pépins

Comment faire pousser ses propres plantes vertes ? L’expérience fascinante d’une évolution de la graine à la plante n’est pas réservée au potager ou au jardin d’ornement. Nombre de plantes vertes peuvent également s’obtenir à partir de pépins et noyaux, grâce aux fruits que nous consommons !

Quelles espèces pour une culture en intérieur ?

Dans une habitation aux alentours de 20 °C toute l’année, les espèces d’origine tropicale ou subtropicale sont les plus indiquées. Ces conditions leur conviennent pour germer et tout au long de leur croissance – à l’instar des nombreuses espèces traditionnellement cultivées comme plantes vertes chez nous. 

Au contraire, les espèces de climat tempéré (pomme, poire…), qui ont besoin d’une période de vrai froid pour accomplir leur cycle végétatif naturel, sont à éviter. 

Certaines graines sont plus difficiles à faire germer que d’autres. Par exemple lorsqu’elles sont très sensibles aux températures ou nécessitent un procédé particulier (voir ci-dessous). Nombre d’entre elles peuvent également demander plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant de lever : la patience est donc de mise !

Enfin, il faut tenir compte de la praticité de la plante lorsqu’elle se développera (type de port, rythme de croissance, taille adulte…) pour pouvoir la cultiver aisément en intérieur durant quelques années.

Quelques espèces à semer et leur temps de levée :

– Grenade – 5 à 10 jours

– Litchi – 2 à 3 semaines

– Agrumes – 2 à 4 semaines

– Papaye – 2 à 4 semaines

– Fruit du dragon – 2 à 4 semaines

– Caféier – 3 à 7 semaines

– Avocat – 6 à 8 semaines

– Dattier – Jusqu’à 6 mois

Faire pousser vos noyaux et pépins
Photographie par Victoria Arias

Où trouver des graines adaptées à la plantation ?

Dans nos fruits

Si les étals des commerces nous offrent nombre de graines à planter, il ne suffit pas toujours d’épépiner le premier citron venu pour obtenir un bon résultat. 

En effet, certains fruits importés sont traités pour améliorer leur conservation, voire pasteurisés (c’est souvent le cas des dattes). Cela peut affecter la viabilité de leurs graines. Quand celles-ci ne sont pas simplement rendues imprédictibles par la modification génétique, comme avec les variétés hybrides F1.

Il est donc important de privilégier des fruits bien frais, de culture aussi naturelle que possible. Au marché ou en magasin bio, les chances de trouver des fruits aisément reproductibles sont ainsi plus élevées qu’en supermarché. 

Veillez également à choisir des fruits bien mûrs ou à les laisser mûrir avant le prélèvement.

Chez les pépiniéristes spécialisés en plantes exotiques

Pour les espèces dont les noyaux ou pépins sont difficiles à obtenir en version fraîche dans nos contrées (café, agrumes spéciaux…), on peut se tourner vers les pépiniéristes spécialisés en plantes tropicales.

Semis & Plantation noyaux et pépins

Commencez ce processus de préférence au printemps ou en été. Il est également possible de le faire en hiver. Une lampe de culture est alors indispensable pour compenser la quantité réduite des heures de jour.

Les différentes étapes :

– Si vos graines sont issues d’un fruit (noyaux, pépins…), commencez par les nettoyer à l’eau claire. Afin de retirer toute trace de chair.

– Faites tremper vos graines dans un thermos d’eau chaude (mais non bouillante) durant 24 h. Cette étape permet de ramollir l’enveloppe protectrice extérieure des pépins ou noyaux. Ce qui “réveille” le processus de germination et favorise l’émergence des futures pousses.

– Préparez vos terrines en les remplissant de terreau à semis que vous aurez préalablement humidifié (mais pas détrempé), jusqu’à 1-2 cm du bord.

– Prévoyez de préférence une seule graine par terrine. La plupart des plantules auront besoin de rester quelques semaines dans leur pot d’origine avant de pouvoir être transplantées. On évite aussi de cette façon une délicate division des racines entre deux plantules au moment du repiquage.

Enfoncez les graines dans le terreau à une profondeur équivalente à 2 ou 3 fois leur hauteur. Par exemple, un pépin de 1 cm de long doit être enterré à 2-3cm sous la surface.

– Recouvrez le trou de substrat le cas échéant et tassez légèrement. Étiquetez tous vos pots avec le nom de l’espèce et la date de semis.

– Placez vos terrines sous un dôme transparent, dans un sac plastique ou tout autre système de mini-serre capable de préserver l’humidité atmosphérique et la température autour des pots : c’est ce que l’on appelle la culture à l’étouffée.

Faire pousser vos noyaux et pépins

Comment faire les premiers soins pour faire pousser ses noyaux et pépins ?

La majorité des graines d’espèces tropicales ou subtropicales nécessitent des températures constamment élevées pour germer : en général, entre 25 et 30 °C. Cette chaleur peut être obtenue à l’aide d’un tapis chauffant spécial semis ou en posant vos terrines au-dessus d’un radiateur. 

Placez vos terrines dans un endroit très lumineux, mais sans soleil direct, sous peine de brûler vos jeunes pousses. 
Si un manque de lumière se fait sentir, les jeunes pousses risquent de “filer”. La tige s’allonge excessivement, restant fine et chétive, tandis que les feuilles ne grandissent pas ou mal, avec une issue souvent fatale. N’hésitez donc pas à recourir à une lampe de culture en cas de besoin.

Une fois les cotylédons* apparus, une température ambiante normale, autour de 20 °C, devrait à nouveau suffire. Vous pouvez également retirer progressivement la serre (en soulevant le couvercle de plus en plus souvent sur une période de 7 à 10 jours) pour que vos jeunes plantules s’habituent à une atmosphère plus sèche. 

Dès la plantation et pendant toute la période de croissance, veillez à ce que le terreau soit toujours légèrement humide : la moindre période de sécheresse pourrait faire dépérir les pousses. À l’inverse, un terreau trop mouillé présente un risque de pourriture. 

Bien arroser au pied plutôt que sur les feuilles, afin d’éviter le développement de champignons – particulièrement lorsque les plantules sont sous serre.

*Les cotylédons sont les premières feuilles à pousser, elles ont souvent une forme lisse. Elles contiennent les réserves nutritives de la plante et tomberont une fois que les véritables feuilles auront poussé.

Procédés particuliers :

Certaines graines demandent des manipulations supplémentaires pour augmenter leurs chances de germer : une simulation du repos hivernal en les plaçant quelques semaines dans du coton humide au réfrigérateur avant de semer (pour certaines espèces de kiwi, par exemple), ou une abrasion de la couche extérieure de la graine (le tégument) quand celle-ci est très dure afin d’aider l’eau à y pénétrer, notamment pour les bananiers ou les baobabs. Les orchidées comme la vanille, quant à elles, sont également très exigeantes : leurs minuscules semences nécessitent une culture in-vitro entièrement stérile.

Poursuite de la culture

L’arrosage doit être régulier tout au long de la croissance, mais bien dosé. 

Quelques semaines après la levée des semis, un repiquage peut s’avérer nécessaire. Vérifiez si des racines commencent à sortir des trous de drainage sous le pot. Si c’est le cas, il est temps de rempoter délicatement votre jeune plant dans un contenant plus grand, avec un terreau enrichi en engrais.

Enfin, continuez la culture de votre plant selon les instructions d’entretien propres à son espèce. 

Retrouvez d’autres conseils jardinages dans le Numéro 9 – Printemps 2022 « Grandir ». Article rédigée par Victoria Arias.

Vous avez aimé cet article ? 📌 Épingle-le sur Pinterest pour le retrouvez plus tard !