d

Alienum phaedrum torquatos
nec eu, vis detraxit periculis ex,
nihil expetendis in mei.

contact
neva@office.com
+456933336454
2606 Saints Alley
Tampa, FL 33602
Follow Us

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Petit manuel de bouturage des plantes

Petit manuel de bouturage des plantes

Le bouturage des plantes vertes n’a que des vertus : facile et économique, il permet d’offrir et de recevoir des plantes qui ont une histoire. La saison idéale pour bouturer est le printemps, car l’augmentation des températures et de la luminosité favorise le développement des racines. Néanmoins, n’hésitez pas à essayer en toute saison !

Le principe du bouturage des plantes

La technique du bouturage est simple : il s’agit de séparer une partie d’une plante – la plante mère – et de l’installer en eau ou en terre, à la lumière (mais sans soleil direct), pour qu’elle développe de nouvelles racines. L’objectif : multiplier vos plantes facilement et gratuitement ! Les boutures se réalisent généralement entre le printemps et l’été, au moment où les plantes sont les plus actives. 

Dans l’eau ou dans la terre ? 

En général, toutes les plantes d’intérieur qui ont des tiges peuvent se bouturer soit dans l’eau, soit dans la terre. En revanche, les plantes grasses et les plantes d’extérieur se bouturent directement en terre. Le bouturage dans l’eau a surtout l’avantage de la rapidité : les racines apparaissent plus vite qu’en terre ! Attention toutefois à ne pas laisser votre bouture trop longtemps dans l’eau, car elle risque de ne pas parvenir à s’habituer à la terre par la suite. Veillez aussi à changer régulièrement l’eau afin d’éviter qu’elle ne devienne trouble. 

Quelles plantes peut-on bouturer ?

Un très grand nombre de végétaux peuvent être bouturés facilement ! Pour commencer, le plus simple est d’essayer sur vos plantes vertes d’intérieur. Ainsi, le pilea, la monstera, le chlorophytum et le pothos font partie des plantes les plus faciles à multiplier. Une fois que vous maîtrisez la technique, n’hésitez pas à l’utiliser aussi sur vos plantes d’extérieur : l’hortensia, le chèvrefeuille, le jasmin ou encore le laurier se bouturent facilement à la fin de l’été. Vous avez un doute sur les possibilités de bouturage d’une de vos plantes préférées ? Il suffit d’essayer pour voir, vous n’avez rien à perdre !

Le coup de ❤️ de Veìr Magazine

Comment avoir des plantes gratuites chez soi ?, éditions Ulmer, 9,90 €

Acheter n’est pas le seul moyen d’avoir des plantes tendance chez soi : Juliette Patissier récupère des graines et des noyaux, glane des pots, bouture et jardine avec une cuillère à soupe… Dans son petit livre entièrement illustré et écrit à la main, aussi drôle sur la forme que sérieux sur le fond, elle donne tous les conseils et astuces pour avoir des plantes gratuites chez soi. Vive l’autonomie et la débrouille !

1 – Le bouturage des plantes dans l’eau

Cette méthode peut être utilisée pour multiplier le Bégonia bambusiforme, le Pilea, le Peperomia, etc.

Cette méthode est très facile : il suffit de prélever une tige sur la plante mère et de la placer dans de l’eau. 

  1. Munissez-vous d’un sécateur et d’un récipient avec de l’eau. N’importe quel récipient transparent peut faire l’affaire. 
  2. Commencez par couper la bouture en conservant au moins 5 cm de tige. Il est très important de veiller à ce que la coupe soit bien nette ; à défaut, la bouture risquerait de pourrir. Si la coupe vous semble incertaine, coupez à nouveau juste au-dessus.
  3. Ensuite, plongez la tige dans un bocal contenant de l’eau qu’il conviendra de renouveler toutes les semaines.
  4. Placez ensuite la bouture à un endroit lumineux, mais sans rayon de soleil direct pour ne pas la brûler.
Bouturage des plantes vertes
Photographie Emilie Massal

2 – Le bouturage des plantes en terre

Cette méthode est particulièrement adaptée pour multiplier l’Aglaonema, le Bégonia bambou, le Ceropegia woodii, le Crassula, le Pothos, le Hoya, le Monstera deliciosa, le Philodendron, etc.

  1. Vous aurez besoin d’un sécateur, d’un pot, de terreau, de billes d’argile, d’un crayon et d’un peu d’hormone de bouturage (facultatif).
  2. Tapissez le fond du pot d’1 à 2 cm de billes d’argile et remplissez-le de terreau.
  3. Choisissez la tige à prélever en privilégiant une jeune tige car les plus anciennes sont moins vigoureuses. Une fois la tige sélectionnée, placez votre sécateur en dessous d’un nœud1 puis sectionner proprement. Une fois votre tige prélevée, supprimez les tiges et feuilles latérales en n’en laissant que quelques-unes en haut de la bouture. 
  4. Avec un crayon, faites un trou suffisamment profond dans le terreau pour que la tige tienne droite. Placez ensuite la tige dans le trou (avec ou sans hormone de bouturage) et ajoutez du terreau pour finir de remplir le pot. Tassez légèrement et arrosez abondamment le tout.
  5. Votre bouture est prête à rejoindre un rebord de fenêtre lumineux, toujours sans soleil direct, où elle pourra s’enraciner pour votre plus grand bonheur. 

1Les nœuds sont les points charnus de la tige d’où partent les pousses latérales. 

Bouturage pilea
Photographie Emilie Massal

Et après ?

Pour le bouturage en eau, il faudra veiller à installer les jeunes plantes dans la terre dès l’apparition des racines (souvent sous la forme de petits bourgeons au bout des tiges). Concernant le bouturage en terre, tout est déjà en place ! Quelle que soit la technique, veillez à maintenir une bonne humidité de la terre dans les premiers jours, afin de faciliter l’adaptation des plantes.Il vous faudra maintenant vous armer de patience et veiller à maintenir le terreau humide pour favoriser l’enracinement. Si tout se passe bien, vous verrez apparaître de nouvelles feuilles sous quelques semaines !

Bouturage des plantes
Photographie : Emilie Massal

Fabriquer son hormone de bouturage

L’hormone de bouturage permet de multiplier les chances de réussir l’opération, car elle favorise la naissance des racines.

1 Cueillez une petite branche de saule, peu importe la variété. Le saule contient de l’acide acétylsalicylique qui empêche l’assèchement de la tige et lui permet de guérir en produisant de nouvelles racines.

2 Écrasez quelques rameaux et laissez-les tremper pendant 24 heures dans de l’eau.

3 Au bout de 24 heures, trempez l’extrémité de la bouture dans l’eau de saule puis plantez-la en terre.

NB : il est également possible de remplacer l’eau de saule par de la cannelle en poudre directement !  

Numéro 5 Veìr Magazine

Retrouvez le Manuel de bouturage dans le Numéro 5 – Printemps 2021 « Colorer »

Vous avez aimé cet article ? 📌 Épinglez-le sur Pinterest pour le retrouver plus tard !