Petit manuel de bouturage des plantes

par | 19 septembre 2022

Le bouturage des plantes vertes n’a que des ver­tus : facile et économique, il per­met d’offrir et de recevoir des plantes qui ont une his­toire. La sai­son idéale pour bou­tur­er est le print­emps, car l’augmentation des tem­péra­tures et de la lumi­nosité favorise le développe­ment des racines. Néan­moins, n’hésitez pas à essay­er en toute sai­son !

Le principe du bouturage des plantes

La tech­nique du bouturage est sim­ple : il s’agit de sépar­er une par­tie d’une plante – la plante mère – et de l’installer en eau ou en terre, à la lumière (mais sans soleil direct), pour qu’elle développe de nou­velles racines. L’objectif : mul­ti­pli­er vos plantes facile­ment et gra­tu­ite­ment ! Les bou­tures se réalisent générale­ment entre le print­emps et l’été, au moment où les plantes sont les plus actives. 

Dans l’eau ou dans la terre ? 

En général, toutes les plantes d’intérieur qui ont des tiges peu­vent se bou­tur­er soit dans l’eau, soit dans la terre. En revanche, les plantes grass­es et les plantes d’extérieur se bou­turent directe­ment en terre. Le bouturage dans l’eau a surtout l’avantage de la rapid­ité : les racines appa­rais­sent plus vite qu’en terre ! Atten­tion toute­fois à ne pas laiss­er votre bou­ture trop longtemps dans l’eau, car elle risque de ne pas par­venir à s’habituer à la terre par la suite. Veillez aus­si à chang­er régulière­ment l’eau afin d’éviter qu’elle ne devi­enne trou­ble. 

Quelles plantes peut-on bouturer ?

Un très grand nom­bre de végé­taux peu­vent être bouturés facile­ment ! Pour com­mencer, le plus sim­ple est d’essayer sur vos plantes vertes d’intérieur. Ain­si, le pilea, la mon­stera, le chloro­phy­tum et le pothos font par­tie des plantes les plus faciles à mul­ti­pli­er. Une fois que vous maîtrisez la tech­nique, n’hésitez pas à l’utiliser aus­si sur vos plantes d’extérieur : l’hortensia, le chèvrefeuille, le jas­min ou encore le lau­ri­er se bou­turent facile­ment à la fin de l’été. Vous avez un doute sur les pos­si­bil­ités de bouturage d’une de vos plantes préférées ? Il suf­fit d’essayer pour voir, vous n’avez rien à per­dre !

Le coup de ❤️ de Veìr Mag­a­zine

Com­ment avoir des plantes gra­tu­ites chez soi ?, édi­tions Ulmer, 9,90 €

Acheter n’est pas le seul moyen d’avoir des plantes ten­dance chez soi : Juli­ette Patissier récupère des graines et des noy­aux, glane des pots, bou­ture et jar­dine avec une cuil­lère à soupe… Dans son petit livre entière­ment illus­tré et écrit à la main, aus­si drôle sur la forme que sérieux sur le fond, elle donne tous les con­seils et astuces pour avoir des plantes gra­tu­ites chez soi. Vive l’au­tonomie et la débrouille !

1 — Le bouturage des plantes dans l’eau

Cette méth­ode peut être util­isée pour mul­ti­pli­er le Bégo­nia bam­busi­forme, le Pilea, le Peper­o­mia, etc.

Cette méth­ode est très facile : il suf­fit de prélever une tige sur la plante mère et de la plac­er dans de l’eau. 

  1. Munis­sez-vous d’un séca­teur et d’un récip­i­ent avec de l’eau. N’importe quel récip­i­ent trans­par­ent peut faire l’affaire. 
  2. Com­mencez par couper la bou­ture en con­ser­vant au moins 5 cm de tige. Il est très impor­tant de veiller à ce que la coupe soit bien nette ; à défaut, la bou­ture ris­querait de pour­rir. Si la coupe vous sem­ble incer­taine, coupez à nou­veau juste au-dessus.
  3. Ensuite, plongez la tige dans un bocal con­tenant de l’eau qu’il con­vien­dra de renou­vel­er toutes les semaines.
  4. Placez ensuite la bou­ture à un endroit lumineux, mais sans ray­on de soleil direct pour ne pas la brûler.
Bouturage des plantes vertes
Pho­togra­phie Emi­lie Mas­sal

2 — Le bouturage des plantes en terre

Cette méth­ode est par­ti­c­ulière­ment adap­tée pour mul­ti­pli­er l’Aglaonema, le Bégo­nia bam­bou, le Cerope­gia wood­ii, le Cras­su­la, le Pothos, le Hoya, le Mon­stera deli­ciosa, le Philo­den­dron, etc.

  1. Vous aurez besoin d’un séca­teur, d’un pot, de ter­reau, de billes d’argile, d’un cray­on et d’un peu d’hormone de bouturage (fac­ul­tatif).
  2. Tapis­sez le fond du pot d’1 à 2 cm de billes d’argile et rem­plis­sez-le de ter­reau.
  3. Choi­sis­sez la tige à prélever en priv­ilé­giant une jeune tige car les plus anci­ennes sont moins vigoureuses. Une fois la tige sélec­tion­née, placez votre séca­teur en dessous d’un nœud1 puis sec­tion­ner pro­pre­ment. Une fois votre tige prélevée, sup­primez les tiges et feuilles latérales en n’en lais­sant que quelques-unes en haut de la bou­ture. 
  4. Avec un cray­on, faites un trou suff­isam­ment pro­fond dans le ter­reau pour que la tige tienne droite. Placez ensuite la tige dans le trou (avec ou sans hor­mone de bouturage) et ajoutez du ter­reau pour finir de rem­plir le pot. Tassez légère­ment et arrosez abon­dam­ment le tout.
  5. Votre bou­ture est prête à rejoin­dre un rebord de fenêtre lumineux, tou­jours sans soleil direct, où elle pour­ra s’enraciner pour votre plus grand bon­heur. 

1Les nœuds sont les points char­nus de la tige d’où par­tent les pouss­es latérales. 

Bouturage pilea
Pho­togra­phie Emi­lie Mas­sal

Et après ?

Pour le bouturage en eau, il fau­dra veiller à installer les jeunes plantes dans la terre dès l’apparition des racines (sou­vent sous la forme de petits bour­geons au bout des tiges). Con­cer­nant le bouturage en terre, tout est déjà en place ! Quelle que soit la tech­nique, veillez à main­tenir une bonne humid­ité de la terre dans les pre­miers jours, afin de faciliter l’adaptation des plantes.Il vous fau­dra main­tenant vous armer de patience et veiller à main­tenir le ter­reau humide pour favoris­er l’enracinement. Si tout se passe bien, vous ver­rez appa­raître de nou­velles feuilles sous quelques semaines !

Bouturage des plantes
Pho­togra­phie : Emi­lie Mas­sal

Fabriquer son hormone de bouturage

L’hormone de bouturage per­met de mul­ti­pli­er les chances de réus­sir l’opération, car elle favorise la nais­sance des racines.

1 Cueillez une petite branche de saule, peu importe la var­iété. Le saule con­tient de l’acide acétyl­sal­i­cylique qui empêche l’assèchement de la tige et lui per­met de guérir en pro­duisant de nou­velles racines.

2 Écrasez quelques rameaux et lais­sez-les trem­per pen­dant 24 heures dans de l’eau.

3 Au bout de 24 heures, trem­pez l’extrémité de la bou­ture dans l’eau de saule puis plantez-la en terre.

NB : il est égale­ment pos­si­ble de rem­plac­er l’eau de saule par de la can­nelle en poudre directe­ment !  

Numéro 5 Veìr Magazine

Retrou­vez le Manuel de bouturage dans le Numéro 5 — Print­emps 2021 “Col­or­er”

Vous avez aimé cet arti­cle ?   Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !

Derniers articles

Planter un chèvrefeuille

Planter un chèvrefeuille

Le chèvrefeuille est la plante parfaite pour habiller un mur ou une rambarde de balcon. Il offre de belles fleurs parfumées qui pourront attirer les pollinisateurs, s’adapte très bien à la culture en pot et se cultive sans difficulté. La seule attention qu’il ne...

lire plus
Quel engrais choisir au potager ?

Quel engrais choisir au potager ?

Choisir le bon engrais au potager est une étape indispensable pour tout jardinier qui souhaite assurer une belle récolte tout en préservant la fertilité de son sol sur le long terme. Il y a plusieurs critères à prendre en compte pour bien choisir ses engrais. Voici...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.