Focus plante verte — L’hoya (fleur de porcelaine)

par | 12 septembre 2022

Orig­i­naires de milieux trop­i­caux, les hoyas sont une famille de plantes épi­phytes. Plusieurs var­iétés et hybrides sont couram­ment cul­tivés dans nos intérieurs pour leurs lianes au feuil­lage char­nu, mais aus­si pour les ombelles de fleurs cireuses en forme d’étoile qu’ils peu­vent pro­duire en été – et dont ils tirent leur surnom de “fleurs de porce­laine”. Hoya carnosa, hoya aus­tralis, hoya ker­rii… Très faciles de cul­ture mal­gré leur crois­sance rel­a­tive­ment lente, ils con­stituent un can­di­dat idéal pour les sus­pen­sions déco­ra­tives !

Hoya - plantes vertes
Hoya carnosa ‘Krim­son Queen’ — Pho­togra­phie par Vic­to­ria Arias

Où placer l’hoya ?

Si les besoins en lumi­nosité vari­ent légère­ment d’un cul­ti­var à l’autre, l’hoya est glob­ale­ment réputé pour sa tolérance à dif­férentes expo­si­tions : il aime la lumière vive d’une fenêtre ori­en­tée à l’ouest, les rayons doux du matin à l’est, mais survit aus­si dans un coin un peu plus ombragé en expo­si­tion nord – bien qu’il soit alors peu enclin à fleurir. Un emplace­ment devant une fenêtre ori­en­tée sud est pos­si­ble, surtout pour les var­iétés au feuil­lage très char­nu (hoya ker­rii par exem­ple), mais de préférence der­rière un voilage pour éviter les brûlures. 

On peut faire pouss­er l’hoya en sus­pen­sion, pour une ver­sion retombante, ou à la façon d’une plante grim­pante en tuteu­rant ses tiges sur un sup­port. 

Comment l’arroser ?

En rai­son de sa nature épi­phyte, l’hoya est très sen­si­ble à l’excès d’eau stag­nante au niveau des racines. L’arrosage s’effectue donc unique­ment quand le sub­strat est presque sec. Selon les tem­péra­tures, le type de sub­strat et la taille du pot, cela cor­re­spond à env­i­ron une ou deux fois par semaine en été, et tous les 10–15 jours en hiv­er. 

La plu­part des hoyas présen­tent des signes clairs de déshy­drata­tion lorsqu’ils ont besoin d’eau : le feuil­lage est légère­ment plus mou qu’à l’habitude, moins bril­lant, voire très légère­ment ridé. Ne tardez pas à agir lorsque vous en prenez con­nais­sance.

Fleur de porcelaine (hoya)

Faut-il la fertiliser ?

L’hoya n’est pas très gour­mand : un engrais organique pour plantes vertes à la moitié de sa dilu­tion recom­mandée, ajouté à l’eau d’arrosage 1 à 2 fois par mois en péri­ode végé­ta­tive (de févri­er à octo­bre) lui con­vient par­faite­ment. 

Comment entretenir votre hoya ?

On dit que l’hoya aime être à l’étroit dans son pot : ain­si, il n’est pas néces­saire de prévoir des rem­potages très réguliers. Quand le moment de le trans­planter arrive, prévoyez un sub­strat léger et drainant afin de ne pas étouf­fer les racines : un mélange à parts égales de ter­reau sableux pour cac­tées et d’écorces pour orchidées, éventuelle­ment addi­tion­né d’un peu de per­lite, fait par­faite­ment l’affaire. Choi­sis­sez égale­ment une taille du pot pro­por­tion­nelle à la taille de la plante.

La flo­rai­son du hoya inter­vient prin­ci­pale­ment sur des sujets matures, de quelques années d’âge, à con­di­tion que ses con­di­tions de cul­ture y soient prop­ices : une lumi­nosité vive et, dans cer­tains cas, un repos hiver­nal à des tem­péra­tures légère­ment plus fraîch­es sont néces­saires pour provo­quer la for­ma­tion de bou­tons flo­raux au print­emps-été. Ceux-ci appa­rais­sent sur un organe dédié, appelé pédon­cule flo­ral. Après la flo­rai­son, retirez les tiges fanées mais ne coupez pas ce pédon­cule, duquel pour­ront émerg­er de nou­velles fleurs l’année suiv­ante.

Enfin, l’hoya se bou­ture très facile­ment dans l’eau ou directe­ment dans un sub­strat spé­cial semis, à par­tir de morceaux de tiges d’environ 10 cm pourvus d’au moins une paire de feuilles. Pour accélér­er l’enracinement, placez votre pot dans un sachet plas­tique trans­par­ent qui aug­mentera et con­servera le niveau d’humidité atmo­sphérique autour des bou­tures.

Retrou­vez tous les con­seils pour entretenir votre Hoya et bien d’autres plantes dans le Numéro 7 — Automne 2021 “Agir”. Un arti­cle rédigé par Vic­to­ria Arias.

Vous avez aimé cet arti­cle ?   Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.