Entretenir son potager en été

Cette année, c’est décidé, vous vous êtes lancé dans votre potager urbain !

Niché sur un bal­con, un rebord de fenêtre ou une cour, il com­mence peut-être déjà à vous offrir de déli­cieuses récoltes.

Prêt pour décou­vrir com­ment bien entretenir votre potager en été ? C’est par­ti !

par | 13 juin 2022

Les radis

Rap­pel : expo­si­tion semi-ombragée et arrosages réguliers

Une fois les pre­miers radis récoltés, on remet le cou­vert en semant de nou­veau dans la même jar­dinière ! La marche à suiv­re est sim­ple : on grat­te la sur­face du ter­reau avec un out­il adap­té ou une sim­ple fourchette, de manière à faire dis­paraître les trous créés par les pre­miers légumes. On aplan­it à la main, on creuse trois sil­lons et on place deux ou trois graines, tous les trois ou qua­tre cen­timètres. On rebouche, on arrose et c’est par­ti !

Le soleil est brûlant qu’au print­emps : on place la jar­dinière à l’om­bre d’une autre plante, si l’e­space extérieur est ori­en­té plein sud. On n’ou­blie pas d’ar­roser régulière­ment. On ne laisse pas le ter­reau se desséch­er, sous peine de déguster des radis piquants. Et on les récolte dès que le haut du légume sort de la terre, pour ne pas lui laiss­er le temps de se creuser.

Les tomates cerises

Rap­pel : expo­si­tion ensoleil­lée et ter­reau frais

C’est le légume chou­chou des bal­cons et des rebor­ds de fenêtre. On a hâte de voir mûrir les grappes de tomates ceris­es ! Ça tombe bien, c’est la dernière ligne droite avant de les déguster (dès le mois de juil­let, pour les var­iétés les plus pré­co­ces).
On con­tin­ue donc à pren­dre soin de notre pied de tomates ceris­es avec des arrosages réguliers, dès que la terre est sèche en sur­face. Un ter­reau légère­ment humide per­met à la plante de grandir har­monieuse­ment et de pro­duire de beaux fruits : un bon pail­lage aidera, bien sûr, à garder un sol bien frais.
Si on l’a plan­tée dans une petite jar­dinière, la plante dis­pose de peu de ter­reau pour se nour­rir. Pour l’aider à se dévelop­per, on ajoute un engrais com­pat­i­ble avec l’a­gri­cul­ture biologique.

La petite astuce : les tomates, en général, sont sen­si­bles aux champignons comme le mil­diou (tach­es brunes sur les feuilles et les fruits) ou l’oïdi­um (tach­es blanch­es sur les feuilles). On arrose sans mouiller le feuil­lage et on pul­vérise du purin d’or­ties sur les feuilles en préven­tion (on le fait soi-même ou on en achète). On peut aus­si asperg­er les feuilles avec un mélange de lait (1/10) et d’eau (9/10), en préven­tif ou en curatif.

Les fraises

Rap­pel : expo­si­tion semi-ombragée ou ensoleil­lée et ter­reau frais

La récolte a com­mencé ! Si on a plan­té une var­iété remon­tante, on se régale déjà et on va en prof­iter jusqu’aux pre­mières gelées. L’été arrive et, avec lui, la chaleur. On arrose abon­dam­ment une à deux fois par semaine, pour que le ter­reau soit tou­jours légère­ment humide. Si on ne l’a pas encore fait, on met en place un pail­lage : une bonne couche de coss­es de sar­rasin, de coques de cacao, de pail­lettes de chan­vre… Ce qui compte, c’est d’isol­er le ter­reau afin qu’il con­serve bien l’eau d’ar­rosage. On s’occupe des stolons, ces tiges lancées par les fraisiers au bout desquelles poussera un petit fraisi­er.

Le basilic

Rap­pel : expo­si­tion ensoleil­lée et arrosages mod­érés

Pour peu qu’on ne le laisse pas mourir de soif, le basil­ic pour­suit son bon­homme de chemin sur la ter­rasse. Pour s’as­sur­er des récoltes abon­dantes jusqu’en fin de sai­son, il y a deux choses à faire :

  • Pin­cer l’ex­trémité des tiges (la couper) deux fois par mois pour stim­uler l’ap­pari­tion de nou­veaux rameaux. Le pied s’étoffe au fil des semaines…
  • Sauf si l’on souhaite récupér­er les graines, couper court à toute ten­ta­tive de flo­rai­son du basil­ic. Pour cela, on guette l’ap­pari­tion des tiges flo­rales et on les sup­prime tout de suite.

Com­ment récolter ? On ne prélève pas une feuille ici ou là mais on coupe l’ex­trémité d’une tige, comme pour pin­cer. Un oubli d’ar­rosage, un coup de chaud, le basil­ic est tout ratat­iné ? Pas de panique ! On fait un bon arrosage et une bonne par­tie des tiges a des chances de repar­tir. On coupe les autres.

Les poivrons

Rap­pel : expo­si­tion ensoleil­lée et arrosages réguliers

Rem­potés dès que les risques de gelées sont écartés, les poivrons sont en pleine crois­sance. Cepen­dant, la récolte ne devrait pas inter­venir avant la fin du mois de juil­let, voire le mois d’août. Tout comme les tomates, les poivrons appré­cient un sub­strat frais. Pour éviter tout stress hydrique, on paille la sur­face du ter­reau et on reste bien atten­tif aux arrosages, surtout lorsqu’il fait bien chaud. Lorsque les fruits appa­rais­sent, on peut tuteur­er le pied. On évite ain­si que les tiges ne ploient sous le poids des poivrons qui grossis­sent. Pour qu’ils se dévelop­pent bien, on leur offre un emplace­ment bien ensoleil­lé. Suiv­ant les var­iétés, les poivrons peu­vent rester verts ou bien vir­er au jaune, à l’o­r­ange ou au rouge, quand ils sont mûrs. On peut com­mencer la cueil­lette, dès qu’ils cessent de grandir (ils sont à matu­rité) ou bien atten­dre qu’ils aient pris leur couleur finale (leur saveur est moins amère).

Retrou­vez tous nos con­seils pour entretenir votre potager urbain dans le Numéro 2 — Été 2020 en ver­sion numérique.

Vous avez aimé cet arti­cle ?   Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.