Rempoter une nouvelle plante verte

Décou­vrez tous nos con­seils et astuces pour rem­pot­er une nou­velle plante verte (étapes, choix du pot, ter­reau…).

par | 12 mai 2022

Lorsque on adopte une nou­velle plante verte, on lui fait vivre un change­ment soudain d’environnement : les con­di­tions qu’elle con­nais­sait en jar­diner­ie sont sou­vent assez dif­férentes de celles qu’on lui offrira chez nous.

Atten­tion au coup de froid en sor­tant de la jar­diner­ie, même sur quelques min­utes : vous pou­vez pro­téger votre nou­velle acqui­si­tion en l’entourant de car­ton, de papi­er bulle ou d’une légère cou­ver­ture le temps du tra­jet.

Lais­sez votre nou­velle plante s’acclimater tran­quille­ment avant de lui faire subir des soins trop bru­taux : con­servez-la dans son pot d’achat durant une semaine ou deux avant de la rem­pot­er dans le con­tenant choisi et évitez toute taille dras­tique au cours de cette péri­ode. Si vous pos­sédez déjà d’autres plantes vertes à la mai­son, prévoyez une petite quar­an­taine d’au moins quelques jours afin de véri­fi­er qu’aucun par­a­site ou mal­adie ne con­t­a­mi­nent le reste de votre col­lec­tion.

Les étapes pour rempoter une nouvelle plante verte

1. Tenez la plante par sa base et tâchez d’extraire douce­ment toute la motte de racines ; l’usage d’un couteau à gliss­er le long des parois intérieures peut être néces­saire.

2. Retirez déli­cate­ment tout ou par­tie du ter­reau qui est accroché aux racines, notam­ment les morceaux en sur­face qui pour­raient con­tenir de la mousse.

Choisir le bon pot quand on rempote une nouvelle plante verte

Matéri­au : celui que vous préférez !

Terre cuite, plas­tique ou céramique ? Tous trois con­vi­en­nent à la cul­ture des plantes ; seuls dif­fèrent leurs car­ac­téris­tiques esthé­tiques, leur poids et leur porosité. La terre cuite, plus res­pi­rante, laisse aus­si l’eau s’évaporer plus rapi­de­ment que le plas­tique ou qu’une céramique émail­lée.

Taille : légère­ment plus grand que le pot d’origine.

Le diamètre du pot doit dépass­er celui du pot ini­tial de quelques cen­timètres seule­ment : la plante a ain­si plus d’espace pour se dévelop­per, mais ne se retrou­ve pas per­due dans un ter­reau que ses racines ne rem­plis­sent qu’à moitié.

Drainage : des trous oblig­a­toires !

C’est un point absol­u­ment indis­pens­able : choi­sis­sez un pot qui com­porte des trous de drainage en son fond, de manière à laiss­er s’écouler l’excès d’eau d’arrosage. Pour col­lecter cette eau, prévoyez tou­jours une soucoupe ou un cache-pot. Veillez à vider l’eau régulière­ment pour ne pas laiss­er baign­er les racines. Pour amélior­er le drainage, placez une couche de billes d’argile au fond du pot avant d’y vers­er le sub­strat.

3. Versez une fine couche de billes d’argile au fond du nou­veau pot puis, si besoin, une pre­mière couche de ter­reau pour que la plante soit posi­tion­née au bon niveau.

4. En main­tenant la plante à sa place défini­tive, faites gliss­er du sub­strat* tout autour de la motte afin de bien recou­vrir toutes les racines et ancr­er la plante dans le pot. Installez un tuteur si besoin. Tassez légère­ment.

*sub­strat : sup­port de cul­ture dans lequel se trou­ve la plante (terre de jardin, ter­reau, com­post, sable, etc.)

Faut-il ajouter un tuteur aux plantes vertes ?

Rarement indis­pens­ables, des tuteurs peu­vent néan­moins être instal­lés par souci esthé­tique ou pour diriger la crois­sance d’une plante. On utilise alors des baguettes ou arceaux en bois, bam­bou ou plas­tique, que l’on ancre solide­ment dans le ter­reau. Les plantes grim­pantes peu­vent égale­ment béné­fici­er d’un grand tuteur entouré de fibres de coco, sur lequel les tiges pour­ront être accrochées à l’aide de pinces, fils de fer entourés de caoutchouc, ficelles, élas­tiques…

Quel terreau utiliser ?

Dans le com­merce, le choix est vaste ! Pour bien choisir, il faut surtout com­pren­dre com­ment sont com­posés les ter­reaux et quels sont les critères à pren­dre en compte.

La majorité des ter­reaux se com­pose d’un mélange de :

  • Matières organiques (tourbe, écorces, fibres végé­tales, sphaigne…), qui ser­vent à retenir l’eau et enrichir le mélange en nutri­ments.
  • Matières minérales (sable, per­lite, ver­mi­culite…), qui per­me­t­tent d’aér­er le mélange et d’amélior­er le drainage.
  • Fer­til­isants, pour assur­er la présence de tous les nutri­ments néces­saires à la crois­sance durant plusieurs semaines.

Les critères impor­tants pour bien choisir sont :

  1. la capac­ité de réten­tion (ou de drainage) de l’eau : plus une plante a besoin d’eau et d’humidité, plus le ter­reau doit être riche en matière organique. À l’inverse, une plante qui a besoin de peu d’eau (cac­tus, suc­cu­lente…) préfèr­era un ter­reau léger et aéré, riche en sable et autres élé­ments drainants.
  2. la richesse en nutri­ments : la plu­part des plantes d’in­térieur appré­cient les ter­reaux enrichis en engrais ; à défaut, il est préférable de l’en­richir soi-même avec un engrais à dif­fu­sion lente, par exem­ple, ou un peu de com­post.

Pour chaque grand type de plantes, vous trou­verez un ter­reau spé­ci­fique (“Plantes trop­i­cales”, “Cac­tées”, etc.), qui fourni­ra la com­po­si­tion idéale. Si vous débutez et / ou avez peu de plantes, vous pou­vez tout sim­ple­ment vous pro­cur­er du ter­reau uni­versel de qual­ité et y ajouter du sable ou de la per­lite (à trou­ver en jar­diner­ie) pour aér­er l’ensemble.

For­mule à respecter pour faire votre mélange : 3 vol­umes de ter­reau uni­versel pour 1 vol­ume de sable ou per­lite.

Où placer ma nouvelle plante ?

En règle générale, une majorité d’e­spèces appréciera les con­di­tions suiv­antes :

  • Une expo­si­tion est ou ouest.
  • Une lumi­nosité indi­recte moyenne à vive.
  • Une tem­péra­ture moyenne de 18–20 ºC.
  • Un air pas trop sec, régulière­ment ven­tilé mais sans courant d’air froids.

Retrou­vez tous les con­seils pour accueil­lir une nou­velle plante verte dans le Numéro 8 – Hiv­er 2021. Pho­togra­phies et texte par Vic­to­ria Arias.

Vous avez aimé cet arti­cle ?   Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.