Un essaim dans mon jardin

Un essaim a fait halte chez vous que faire ? Pas de panique on vous explique tout dans cette arti­cle !

par | 15 avril 2020

Essaimage abeilles

Alors que vous sor­tiez tran­quille­ment au jardin, voilà qu’un bour­don­nement attire votre atten­tion et que vous décou­vrez une énorme boule grouil­lante d’abeilles !

L’essaimage : une migration très organisée

essaim

L’essaimage est un mode de repro­duc­tion des colonies d’abeilles. Il se pro­duit naturelle­ment au print­emps jusqu’au début de l’été.

Les abeilles s’y pré­par­ent durant env­i­ron deux semaines : elles con­stru­isent des cel­lules royales dans lesquelles la reine pon­dra des œufs qui seront nour­ris abon­dam­ment de gelée royale. Une fois les œufs pon­dus dans les cel­lules royales, la reine dimin­ue son régime ali­men­taire pour réduire la taille de ses ovaires ain­si que son poids et ain­si pou­voir vol­er à nou­veau.

L’es­saim­age a lieu juste avant la miel­lée (péri­ode de pro­duc­tion de miel), lorsque le cou­vain (les oeufs en développe­ment) est à son apogée et que la pop­u­la­tion com­mence à être à l’étroit dans la ruche. La reine actuelle est générale­ment âgée de plus d’un an et elle pro­duit moins de phéromones : les ouvrières sen­tent qu’il est temps de la rem­plac­er et envoient quelques éclaireuses à la recherche d’un nou­v­el habi­tat.

Lors de l’essaimage, une par­tie de la colonie restera dans la ruche avec le cou­vain, un tiers des ouvrières et une nou­velle reine prête à éclore qui rem­plac­era l’ancienne. L’autre par­tie de la colonie con­duite par la reine actuelle par­ti­ra.

Con­traire­ment à une idée reçue, l’es­saim ne se déplace pas en for­mant une boule, il forme plutôt un nuage qui se posera en for­mant une boule dont la taille peut vari­er du bal­lon de foot à deux fois un bal­lon de bas­ket. Pen­dant ce temps, les éclaireuses recherchent un abri favor­able à la con­struc­tion d’une nou­velle ruche.

Pen­dant l’essaimage, les abeilles ne sont pas agres­sives et ne piquent que si elles sont dérangées ou attaquées.

Que faire de cet essaim ?

  1. Tout d’abord ne paniquez pas ! Lais­sez aux abeilles le temps de se pos­er à l’endroit qu’elles auront choisi. Il peut arriv­er qu’elles s’arrêtent sur une branche d’arbre, y restent 5 min­utes puis (pour une rai­son mys­térieuse) migrent ailleurs. Si au bout d’une demi-heure, elles sont au même endroit, approchez-vous lente­ment pour vous assur­er qu’il s’agit bien d’abeilles et pas de guêpes ou frelons.
  2. Con­tactez un apicul­teur que vous con­nais­sez qui se fera un plaisir de récupér­er un essaim ou prenez con­tact avec le SDIS de votre région (Ser­vice départe­men­tal d’in­cendie et de sec­ours) qui vous trans­met­tra l’annuaire des apicul­teurs réper­toriés chez eux. Vous pou­vez égale­ment vis­iter le site inter­net du SDIS sur lequel vous trou­verez l’annuaire des apicul­teur en ligne. Site inter­net pour les Pyrénées-Atlan­tiques ou la Char­ente-Mar­itime par exem­ple.

essaim

Attention ! Abeilles en danger

Les abeilles sont les pre­miers insectes pollinisa­teurs de la planète. Leur rôle est très impor­tant puisque, en buti­nant les fleurs, elles trans­portent le pollen de plante en plante, per­me­t­tant ain­si la repro­duc­tion des végé­taux.

Les pop­u­la­tions d’abeilles domes­tiques ont chuté de 25 % en Europe entre 1985 et 2005 (selon le rap­port « le déclin des abeilles » pub­lié par Green­peace en Avril 2013).

Ces derniers hivers, la mor­tal­ité de ces pop­u­la­tions était de 20 % en moyenne en Europe, voire de 53 % dans cer­tains pays.

Les raisons de cette dis­pari­tion sont mul­ti­ples et s’entretiennent les unes les autres : dérè­gle­ments cli­ma­tiques, nou­veaux virus et agents pathogènes, acariens (var­roa destruc­tor), par­a­sites (nose­ma cer­anae), dis­pari­tion des habi­tats naturels en rai­son des mono­cul­tures et, bien évidem­ment, traite­ments phy­tosan­i­taires (pes­ti­cides néon­i­coti­noïdes).

Aider les abeilles tout au long de l’année

essaim

Con­som­mez plus de miel

Soutenez l’apiculture locale et vos apicul­teurs en leur achetant plus de miel. C’est une belle façon d’aider les abeilles tout en vous faisant du bien. Le miel (en plus de ses nom­breux bien­faits) est une alter­na­tive saine au sucre raf­finé.

Plantez des fleurs « mel­lifères » (leur nec­tar per­met aux abeilles de pro­duire du miel)

Attir­er les abeilles dans votre jardin pour­rait donc être très béné­fique. Avec elles, votre potager et/ou votre verg­er se dévelop­per­ont bien plus rapi­de­ment. Quand vous offrez des plantes à vos amis, préférez des fleurs mel­lifères !

Par­lez-en autour de vous

Prof­itez d’une petit apéro dans votre jardin pour échang­er sim­ple­ment sur des gestes qui per­me­t­tent de sauver les abeilles.

Dites « non » aux pes­ti­cides dans votre jardin

Amé­nagez un abreuvoir dans votre jardin

Lut­tez con­tre les frelons asi­a­tiques

Fab­riquez des pièges à frelons et installez-les dans votre jardin. Si vous voyez un nid à frelon asi­a­tique, con­tactez le GDSA de votre région.

Et pourquoi pas fab­ri­quer un abri pour insectes ou par­rain­er une ruche ?


Arti­cle écrit par Far­rah, de www.vracngo.com

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.