Balade en sauvage urbain

Lorsqu’on par­le d’espèces végé­tales, on imag­ine de la ver­dure, avec sa rosée du matin et ses rayons de soleil qui tra­versent les feuilles.

par | 16 février 2020

Lorsqu’on par­le d’espèces végé­tales, lorsqu’on par­le de nature, on imag­ine sou­vent un coin de ver­dure bucol­ique, avec sa rosée du matin et ses rayons de soleil qui tra­versent les feuil­lages. Pour autant, le monde végé­tal a colonisé l’ensemble (ou presque) du globe. 

Le végé­tal s’est instal­lé partout, y com­pris dans l’environnement le plus human­isé : la ville. 

Avez-vous pris le temps dernière­ment de vous promen­er dans les rues de votre ville ? Avez-vous pris le temps d’observer ce petit pied de plan­tain qui perce le bitume juste à côté de votre porte d’entrée ? Ne trou­vez-vous pas ce phénomène tout sim­ple­ment sur­na­turel ? 

Pen­dant des décen­nies, les villes ont ten­du vers la minéral­i­sa­tion, l’homogénéisation, l’hygiénisation de ses sur­faces. Face à cela, les espèces végé­tales se sont adap­tées, elles ont mod­i­fié leurs cycles de végé­ta­tion, la pro­duc­tion de leurs graines afin que chaque inter­stice, chaque recoin entre deux briques puisse être un lieu de pousse. 

Les espèces végé­tales vivent et poussent dans des endroits improb­a­bles, nous vous pro­posons alors de repar­courir votre ville avec un autre regard.

Les (re) belles de bitumes

Durant une journée ensoleil­lée (c’est plus agréable), partez vous balad­er.

Dès le pre­mier pas dehors, regardez à vos pieds. Le long des trot­toirs, entre deux fis­sures du bitume, vous apercevrez sûre­ment des espèces courageuses. 

Un pied de pâturin com­mun par là, un peu plus loin sur la gauche, un plant de figu­iers… Ces espèces prof­i­tent d’une fis­sure, d’un inter­stice entre deux pavés, pour pouss­er.

Ain­si sous nos pas, résis­tant à nos foulées, ces espèces nous ren­dent de mul­ti­ples ser­vices. Tout d’abord, leur présence facilite l’infiltration des eaux de pluie. Elles sont aus­si, avec leurs sys­tèmes raci­naires, des fil­tres en puis­sance, cer­taines espèces étant même des cap­ta­tri­ces de pol­lu­ants.  

Cer­taines espèces comme l’ortie, ou le coqueli­cot sont bien con­nues et recon­nues, mais la plu­part des plantes qui arrivent à pouss­er en ville sont sou­vent con­sid­érées comme des mau­vais­es herbes. Pen­dant des décen­nies, elles ont été arrachées, saupoudrées de désherbant et pour­tant elles sont à la base d’écosystèmes entiers.  Des espèces telles que la renouée des oiseaux jouent un rôle pour les bêtes à plumes de nos villes, leurs fruits offrant une source de nour­ri­t­ure sup­plé­men­taire durant l’hiver. 

Après avoir fait quelques pas,  prenez cette rue que vous n’avez jamais par­cou­rue, faites un détour de votre ordi­naire.  Vous apercevrez sûre­ment un plan­tain qui déploie la rosace de ses feuilles pour capter un max­i­mum de lumières. Cette espèce comestible est aus­si médic­i­nale (leurs feuilles frois­sées ont un pou­voir cica­trisant).  Et puis, pour observ­er cer­taines espèces, il faut par­fois regarder de plus près le sol. En vous pen­chant, vous pour­rez admir­er d’autres plantes, plus déli­cates et dis­crètes, comme la sax­ifrage à trois doigts. Ses feuilles col­lantes col­lectent sou­vent les déchets volatiles que les hommes sèment der­rière eux.

Et puis par­fois, à l’abri des regards pousse un arbre, qui a échap­pé à la sur­veil­lance humaine. Bien sou­vent, ce sont les oiseaux fru­gi­vores qui ont dis­per­sé les graines. Les mer­les, les étourneaux, dis­sémi­nent alors les vignes vierges ou les troènes qui peu­plent nos rues. 

En con­tin­u­ant votre route, surtout si c’est le print­emps, le gris du sol se par­era de tâch­es de couleurs. Du vert, bien sûr ! Un vert ten­dre presque blanc, celui des jeunes pouss­es, mais aus­si un vert plus fon­cé, celui des tiges et feuilles plus anci­ennes et puis toutes ces autres nuances qui sont présentes devant nous. Depuis que les pro­duits phy­tosan­i­taires ont été inter­dits en ville, d’autres tâch­es col­orées se font plus présentes. Des tâch­es rouges, pou­vant appartenir aux coqueli­cots si elles sont près du sol, ou à des ros­es trémières si celles-ci se meu­vent à hau­teur d’homme, ou des tâch­es jaunes qui ponctuent les rues, celles du laiteron, de la camomille échap­pée du jardin voisin. La ville accueille alors de plus en plus d’espace sauvage. 

En lev­ant la tête, et en obser­vant les murs que vous longez, de nou­veaux tableaux appa­rais­sent, les inso­lentes de nos murs. 

Balade à suiv­re…. 



Une balade rédigée, pho­tographiée et illus­trée par Col­ine. Retrou­vez-la sur www.projetmedhyo.com

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.