Que faire au potager en hiver ? épisode 1 — Préparer

Que faire au potager en hiv­er ? Dans ce pre­mier arti­cle, retrou­vez tous les con­seils d’en­tre­tien, de taille et de net­toy­age pour votre potager en hiv­er.

par | 15 janvier 2020

paillage

L’hiv­er au potager est sou­vent vu comme une sai­son morte pour la nature en général et a for­tiori pour nos jardins et potagers. 

Et pour­tant, à la fin de l’hiver lorsque la neige com­mence à fon­dre, que ver­rez-vous si vous vous baladez en forêt ? De jolis bour­geons point­er leur nez par­di ! Les arbres et plantes se sont con­scien­cieuse­ment pré­parés pour le print­emps à venir, à l’abri des regards. Et votre joli potager fera de même, pourvu que vous l’aidiez un peu. 

Les bonnes raisons d’être au potager en hiver

L’hiver n’est pas une péri­ode aus­si aride en terme de jar­di­nage que l’on pour­rait le penser, au con­traire. 

Certes, c’est le moment pour la plu­part des plantes de mar­quer un temps de repos et de se régénér­er. Mais c’est juste­ment la sai­son prop­ice à l’entretien et à la pré­pa­ra­tion du jardin en vue de la belle sai­son. C’est le moment pour pailler, tailler et même semer pour s’assurer de belles récoltes au print­emps et en été. Mais c’est aus­si une belle sai­son pour récolter cer­tains légumes qui ne poussent qu’à cette péri­ode.

Dans un potager urbain les pos­si­bil­ités sont moin­dres com­parées à ce que pour­ra offrir un grand potager. Surtout parce que l’hiver fait la part belle aux « grands » légumes, comme les choux et toutes sortes de courges. Néan­moins ne vous découragez pas, même sur un petit bout de bal­con il est pos­si­ble d’avoir une jolie récolte hiver­nale. Alors, si vous ne savez quoi faire de vos mains de décem­bre à mars, c’est par ici !

La pre­mière chose à faire pour nos potagers en hiv­er c’est de les entretenir !

Hiverner les plantes fragiles

Avant toute chose, il est impor­tant de pro­téger les plantes qui passeront l’hiver sur notre bal­con, ter­rasse ou petit bout de jardin pour les chanceux. Car, si en pleine terre bon nom­bre d’espèces résis­tent au froid hiver­nal, sans aide il n’en est pas de même des plantes en pot. Si vous voulez les voir pass­er l’hiver, mieux vaut agir en amont et faire le néces­saire dès les pre­mières annonces de gel. Bien sûr, dans un potager urbain, la grande majorité des plantes sont annuelles et auront donc déjà été déplan­tées à l’automne. 

Mal­gré tout, la plu­part des aro­mates sont vivaces, et doivent donc être traités en con­séquence si l’on veut les voir (re)fleurir au print­emps. Il en va de même pour les agrumes, ou toute autre plante en pot que vous désirez voir sur­vivre au froid hiver­nal.

Selon les espèces, la place dont vous dis­posez et les tem­péra­tures habituelles en cette sai­son, il est par­fois plus pru­dent de sim­ple­ment ren­tr­er vos plantes les plus frag­iles en intérieur. Cela les pro­tégera effi­cace­ment du gel. 

Veillez toute­fois à ne pas sur­chauf­fer (voire ne pas chauf­fer du tout) la pièce où elles seront instal­lées. Il fau­dra aus­si vous assur­er qu’elles con­tin­u­ent à béné­fici­er des con­di­tions néces­saires en ter­mes d’arrosage, de lumière, de sub­strat, etc. 

Il est bien sou­vent recom­mandé de dimin­uer dras­tique­ment l’arrosage dans ce genre de cas.

Pailler le potager pour l’hiver

Si vous n’avez pas la place pour ren­tr­er vos pré­cieux pots, pas de panique, des solu­tions exis­tent. Il est, avant toute chose, impor­tant de s’assurer que les racines de vos plants ne gèlent pas. 

Pour les espèces les moins frag­iles un sim­ple pail­lage suf­fi­ra. Pailler sig­ni­fie: « dépos­er une cou­ver­ture au sol », cela n’implique pas de recou­vrir tous vos jolis pots que de paille. Vous pou­vez égale­ment utilis­er d’autres matéri­aux. Choi­sis­sez-les aus­si naturels et éco-friend­ly que pos­si­ble évidem­ment. À titre d’exemple, vous pour­rez utilis­er des copeaux de bois, du broy­at, du foin ou du feuil­lage glanés lors de vos balades en forêt ou récupérés de la taille d’autres spéci­mens. La toile de jute peut aus­si faire office de pro­tec­tion.

Un exem­ple de pail­lage autour d’un plan de céleri.

Pour les plantes plus frag­iles il sera peut-être néces­saire de les envelop­per dans un voile d’hivernage. Cela per­met de pro­téger l’entièreté de la plante et pas seule­ment ses racines.

Protéger le potager d’hiver

En amont, pensez à choisir des plantes adap­tées aux tem­péra­tures de vos régions. Il existe des espèces d’olivier qui résis­tent au gel, jusqu’à une tem­péra­ture de moins dix ou vingt degrés Cel­sius selon les var­iétés. Mal­gré tout, n’oubliez pas qu’il est tou­jours préférable de choisir des espèces endémiques de votre région.

En théorie si vous vivez en cen­tre-ville, vous aurez mal­heureuse­ment tou­jours quelques degrés de plus que dans les alen­tours. C’est ce que l’on appelle les “îlots de chaleur urbains”. Il se peut qu’il ne gèle même jamais.

L’important en tous les cas est de bien vous renseigner/observ­er les con­di­tions de votre potager ‑où qu’il soit situé- afin d’agir en con­séquence et pou­voir par­er à d’éventuels tra­cas.  

Veillez à retir­er les coupelles que vous auriez éventuelle­ment placées sous les pots en été. En effet, s’il ne gèle pas tou­jours, dans à peu près toutes les régions de France, l’hiver voit en tout cas beau­coup plus de pré­cip­i­ta­tions que de cou­tume, ce qui n’est pas tou­jours appré­cié par toutes les plantes. 

Il faut, dans tous les cas, réduire l’arrosage et priv­ilégi­er l’arrosage le matin pour éviter les gelées noc­turnes.

Une autre astuce sim­ple à réalis­er est de déplac­er vos pots afin de les pro­téger au max­i­mum du vent et de la pluie. C’est là tout l’intérêt de la cul­ture en pot, pou­voir déplac­er nos plantes adorées afin qu’elles soient tou­jours au mieux selon la sai­son. À l’ombre en été, au soleil et à l’abri du vent et de la pluie lors des froides journées hiver­nales. 

Sachez égale­ment que les pots en terre cuite sont plus facile­ment sujets au gel car ils gar­dent le froid. On évite donc d’y laiss­er nos var­iétés les plus frag­iles.

Tailler pour l’hiver

Une fois que tout votre petit monde est bien pro­tégé il est temps de procéder à la taille des spéci­mens qui en auraient besoin. 

Veillez à bien vous ren­seign­er avant toute chose. Chaque espèce requiert une taille appro­priée et une erreur en la matière peut sérieuse­ment entach­er sa crois­sance, voire sa survie. Il est impor­tant de savoir quand et quelles par­ties de la plante tailler. Inter­net ou votre mag­a­sin de jar­di­nage attitré seront vos meilleurs amis si vous ne dis­posez pas déjà de livres sur le sujet. 

La plu­part des arbustes et aro­mates se tail­lent en automne ou au print­emps. 

En hiv­er, on s’attaque donc plutôt aux arbres fruitiers tels que les pom­miers ou les poiri­ers. Évidem­ment, en ville on a rarement ce genre d’arbres dans son jardin. En ce qui con­cerne des arbustes à taille plus urbaine, la taille des gro­seil­liers, myr­tilliers et fram­boisiers s’effectue égale­ment durant la péri­ode hiver­nale.

S’il vous reste des résidus de vos tailles veillez à les met­tre dans le con­tain­er appro­prié. Ce sont des résidus qui néces­si­tent beau­coup de temps pour se décom­pos­er. C’est pourquoi, à moins de les réduire en petits morceaux, il n’est pas recom­mandé de les ajouter à votre com­post. Ren­seignez-vous auprès de votre mairie afin de savoir quelle est la poli­tique de la ville pour ce genre de déchet.

La taille, une opéra­tion déli­cate mais essen­tielle.

Nettoyer son potager pour l’hiver

Après tous ces efforts, il est temps de procéder au grand net­toy­age d’hiver de votre petit bout de potager.

Une fois le net­toy­age de la taille fait, vous pou­vez vous tourn­er vers le reste du potager. Achevez de retir­er les plants esti­vaux et autom­naux qui ne don­nent plus, enlevez les feuilles mortes et les mau­vais­es herbes etc. Il y a beau­coup à faire même lorsque notre potager ne fait que quelques mètres car­rés ou moins. 

En ce qui con­cerne les feuilles mortes, je suis d’avis, comme Romain Boc­quet, jar­dinier paysag­iste et enseignant à l’ENSP, qu’il faut les laiss­er autant que pos­si­ble sur le sol afin qu’elles se décom­posent et le nour­ris­sent. Atten­tion toute­fois, s’il s’agit de feuilles issues de plantes malades mieux vaut les retir­er et les jeter pour éviter toute con­t­a­m­i­na­tion. 

Quant aux mau­vais­es herbes, l’hiver étant une péri­ode où l’on délaisse tra­di­tion­nelle­ment le jardin, elles ont ten­dance à revenir en force, puisque l’on laisse libre cours à leur crois­sance. C’est le cas bien sou­vent chez moi en tout cas ! Atten­tion à les con­trôler donc pour éviter de vous retrou­ver une fois le print­emps venu avec un potager unique­ment com­posé de pis­senl­its et autres plantes inva­sives. Pour cela le plus éco­lo reste vos mains et … la pluie. Une petite averse, rien de tel pour humid­i­fi­er la terre et vous per­me­t­tre d’ôter les mau­vais­es herbes avec leurs racines. À not­er que le pail­lage évite égale­ment les mau­vais­es herbes. Il n’a que du bon je vous dis!

Le désherbage se fait à la main.

Réparation et nettoyage du matériel

Enfin, pourquoi ne pas prof­iter de cette péri­ode d’accalmie végé­tale pour répar­er vos pots et jar­dinières qui se retrou­vent vides et auraient peut-être besoin d’un bon coup de jeune. 

Entretenir son potager urbain c’est aus­si entretenir vos con­tenants afin qu’ils accueil­lent vos pré­cieuses plan­ta­tions plus longtemps. Je pense surtout aux caiss­es et autres palettes en bois. Ce matéri­au étant encore plus que les autres sujet aux intem­péries il est impor­tant d’en pren­dre soin. 

Après tout, être un jar­dinier éco­lo c’est aus­si faire dur­er ses out­ils et jar­dinières. 

Ne jetez pas vos débris de pots en terre cassés, placés au fond de vos pots ou jar­dinières, surtout s’ils ne sont pas per­cés, ils servi­ront de drainage et éviteront aux racines de pour­rir.

Dans tous les cas, il est con­seil­lé de net­toy­er et dés­in­fecter les con­tenants restés vides afin de les pré­par­er pour la belle sai­son et les nou­veaux semis qui vont avec. Si vous pensez ajouter de nou­velles jar­dinières ou pots n’oubliez pas de les pré­par­er égale­ment pen­dant que vous en avez encore le temps. Fix­ez des roulettes sur vos caiss­es en bois pour pou­voir les déplac­er facile­ment, faites des trous dans celles qui n’en auraient pas etc. 



Mer­ci à Noémie Melen pour cet arti­cle.

📌 Vous avez aimé cet arti­cle ? Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !

Derniers articles

Planter un chèvrefeuille

Planter un chèvrefeuille

Le chèvrefeuille est la plante parfaite pour habiller un mur ou une rambarde de balcon. Il offre de belles fleurs parfumées qui pourront attirer les pollinisateurs, s’adapte très bien à la culture en pot et se cultive sans difficulté. La seule attention qu’il ne...

lire plus
Quel engrais choisir au potager ?

Quel engrais choisir au potager ?

Choisir le bon engrais au potager est une étape indispensable pour tout jardinier qui souhaite assurer une belle récolte tout en préservant la fertilité de son sol sur le long terme. Il y a plusieurs critères à prendre en compte pour bien choisir ses engrais. Voici...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.