Macérât huileux de pâquerette

Vous avez sans doute des pâquerettes dans votre jardin, c’est l’oc­ca­sion de tester cette recette, sim­ple et facile acces­si­ble au débu­tant.

par | 27 avril 2023

Le macérât huileux de pâquerette est con­nu pour ses ver­tus raf­fer­mis­santes et assou­plis­santes : vous pour­rez l’appliquer sur le ven­tre, les bras, les cuiss­es et la poitrine.

Il per­met égale­ment d’apaiser la peau et de l’aider à cica­tris­er en cas d’inflammation cutanée. Il est ven­du dans toutes les bou­tiques de phy­tothérapie mais est très facile à pré­par­er…

Pourquoi s’en priv­er ?

Comment reconnaître la pâquerette ?

Petite fleur bien con­nue du print­emps, elle peut être con­fon­due avec la camomille et la mar­guerite.

Pour ne pas se tromper, fiez-vous à sa taille : la pâquerette est petite, avec une tige de 5 cm en moyenne (pou­vant aller jusqu’à 20 cm dans les herbes hautes). Vous pou­vez aus­si observ­er ses pétales : ils sont blancs et ros­es. Ses feuilles par­tent du sol, en petite touffe.

La mar­guerite est plus haute (entre 20 et 80cm) et plus grosse (ses fleurs peu­vent faire jusqu’à une dizaine de cm). Elle est aus­si com­plète­ment blanche. Ses feuilles sont longues, un peu den­telées sur les bor­ds et se situent tout du long de la tige.

La camomille ressem­ble à la mar­guerite mais vous pou­vez facile­ment la dif­férenci­er. Elle a déjà une odeur forte de camomille (quand la mar­guerite n’a pas d’odeur). Elle a aus­si des feuilles qui sont découpées en petites tiges. La capit­ule (la par­tie jaune) est aus­si plus grosse et plus bom­bée.

À gauche : pâquerette / Au cen­tre : mar­guerite / À droite : camomille

Recette du macérât huileux de pâquerette

  1. Cueillez les pâquerettes sans leur tige. Peu importe la quan­tité : plus vous en avez, plus vous aurez de macérât ! Si elles sont trop humides, déposez-les sur du papi­er absorbant (écologique de préférence, comme celui ven­du en mag­a­sin bio) et lais­sez-les à l’air libre une journée, sans totale­ment les faire séch­er.
  2. Placez les fleurs dans un bocal en verre et recou­vrez-les d’huile végé­tale. Choi­sis­sez une huile peu sen­si­ble à l’oxydation (olive ou sésame, par exem­ple). Remuez légère­ment.
  3. Fer­mez le bocal en verre avec un morceau de tis­su ou de gaze, entouré d’un élas­tique. Le macérât doit respir­er pour que l’humidité restante s’évacue.
  4. Placez le bocal à la lumière, mais pas au soleil. Sec­ouez légère­ment le mélange régulière­ment. 
huile pâquerette

Au bout d’une trentaine de jours, c’est prêt ! Fil­trez-le et trans­férez-le dans un autre bocal à l’aide d’une pas­soire et d’un enton­noir. Le macérât se con­serve env­i­ron un an à l’abri de la chaleur et de la lumière.

macérât huileux de pâquerette

Usages & propriétés de la pâquerette

Comestible

Dis­posez quelques fleurs de pâquerette sur vos salades ou vos toasts ! Rich­es en vit­a­mines et en minéraux, elles ont un petit goût de noisette très agréable.

Les feuilles se man­gent égale­ment, en salade ou en soupe. Mieux vaut les cueil­lir jeunes pour éviter l’amertume.

Vous pou­vez aus­si ajouter des feuilles et des fleurs de pâquerette dans votre tisane, afin de prof­iter de toutes ses pro­priétés.

usage pâquerette

Médic­i­nal

La pâquerette facilite la diges­tion en lut­tant con­tre la con­sti­pa­tion. On l’utilise égale­ment lors d’un rhume pour aider à soulager la toux grasse. 

Une feuille frot­tée sur les petites blessures ou piqûres d’insectes apaise douleurs et démangeaisons.

NB : Ne cueillez pas de fleurs près d’une route ou sur un ter­rain où elles pour­raient être souil­lées par des déjec­tions ani­males, des pes­ti­cides, des engrais ou autres pol­lu­ants. Le mieux est de les ramass­er dans votre jardin ou dans un autre lieu sûr.

Vous pou­vez retrou­ver une leçon de botanique com­plète sur la pâquerette dans le Numéro 5 — Print­emps 2021 “Col­or­er”, disponible en ver­sion numérique.

Vous avez aimé cet arti­cle ?  Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !

Derniers articles

À faire au potager en été

À faire au potager en été

Avec l'arrivée de l'été, le potager bat son plein. Les jours allongent, la chaleur s'installe et le jardin change de jour en jour, dans une explosion de vie et de couleurs. Si le printemps est une période de plantations intense, l'été au potager implique surtout une...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.