La rotation des cultures au potager

Pour avoir des en pleine forme, il est impor­tant de faire une rota­tion au potager. C’est-à-dire de ne pas planter les mêmes légume au même endroit deux années de suite.

par | 7 novembre 2022

La rota­tion des cul­tures au potager, c’est l’association des plantes entre elles, dans le temps. Cela sig­ni­fie que l’on ne plantera pas le même légume au même endroit deux années de suite. Cela s’applique au niveau des espèces mais aus­si des familles de légumes. Le principe est de se faire suc­céder les plantes au potager, d’année en année.

A ne pas con­fon­dre avec la suc­ces­sion des cul­tures qui se fait de sai­son en sai­son, au cours d’une même année. Celle-ci per­met d’avoir tou­jours des fruits ou des légumes à récolter, mais aus­si de ne jamais avoir de sol nu.

La rotation des plantes en quoi est-ce important ?

Le principe de la rota­tion des cul­tures repose sur les besoins en nutri­ments des plantes. Les plantes n’ayant pas les mêmes besoins en nutri­ments, si on remet­tait la même plante au même endroit, le sol s’épuiserait de la même façon d’années en années. Au bout d’un cer­tain temps, la plante aurait épuisé le sol en nutri­ments dont elle a besoin et les récoltes s’amoindriraient. On ne veut ni épuis­er le sol, ni ralen­tir sa pro­duc­tion de légumes (surtout lorsque l’on a un petit espace !).

De la même façon, cul­tiv­er la même plante de façon répéti­tive, au même endroit, favorise la pro­liféra­tion des nuis­i­bles et des mal­adies, qui s’installent durable­ment, dans le con­fort d’un envi­ron­nement qui ne varie jamais.

On par­le plutôt de rota­tion lorsque l’on a affaire à de grandes zones de mono­cul­tures. Imag­inez un champ ou une serre rempli.e de tomates, on imag­ine aisé­ment qu’il serait mau­vais de replanter des tomates au même endroit l’année suiv­ante.

En pratique

Il existe dif­férentes façons de procéder, selon les familles ou les types de plantes.

Pour sim­pli­fi­er on part des types de légumes en fonc­tion de la par­tie que l’on con­somme :

- racines : carottes, navets, radis, oignons ; peu gour­mands en nutri­ments

- fruits : tomates, poivrons, courges, cour­gettes ; dits « gour­mands » car leur besoin en nutri­ments est impor­tant

- graines : petits pois, hari­cots ; per­me­t­tent d’enrichir le sol en azote, par fix­a­tion de l’azote de l’air dans le sol

- feuilles : épinard, chou, salade ; besoin en azote impor­tant

On peut effectuer ce type de rota­tion :

La rotation du potager
Illus­tra­tions Madleen Muret

Et ain­si de suite.

Les légumes feuilles ayant un fort besoin en azote se pla­cent après les légumes graines qui auront juste­ment enrichi le sol en azote. Vien­nent ensuite les légumes racines ayant des besoins lim­ités et la capac­ité de puis­er les nutri­ments en pro­fondeur. Enfin on plac­era les légumes fruits ayant un fort besoin en matière organique en y ajoutant une dose de com­post.

NB : il existe de nom­breuses vari­a­tions à ce sché­ma, au lieu de met­tre les légumes graines appor­tant de l’azote au sol, avant les légumes feuilles qui en ont besoin on pour­rait faire l’inverse : met­tre les légumes graines après les légumes feuilles, ils vont ain­si régénér­er le sol. Ceci n’est qu’une sug­ges­tion que vous pou­vez bien sûr adapter, le mieux est de tester et de faire des mod­i­fi­ca­tions si besoin

Et pour les petits espaces ?

Dans de petits espaces, tels que des pots ou petites jar­dinières ne pou­vant con­tenir qu’un gros plant (chou, tomate, courge…) je vous con­seille de sim­ple­ment renou­vel­er votre sub­strat. Pour cela vous pou­vez vider tous vos pots et mélanger leur con­tenu avec du com­post ou de l’engrais. Ce sub­strat enrichi sera prêt à recevoir n’importe quel nou­veau type de plant !

Rotation au potager

Pour les espaces un peu plus grands tels que grandes jar­dinières sur pieds ou petits potagers de jardin il n’est pas tou­jours néces­saire de procéder à une rota­tion si vous avez déjà mélangé vos cul­tures au sein de vos car­rés potagers. En revanche, si vous avez plan­té en majorité une famille de légumes, je vous con­seille de le faire. C’est mon cas puisque j’ai une jar­dinière con­tenant en majorité des petits pois et hari­cots, une autre con­tenant tomates, poivrons et aubergines et enfin une avec les courges et les cour­gettes.

Bien sûr, ces jar­dinières com­por­tent aus­si d’autres légumes ayant un cycle de crois­sance plus court comme les radis, les salades et les épinards. Toute­fois, les plants les plus impor­tants appar­ti­en­nent tous à une même famille, qu’il faut ain­si faire vari­er d’année en année.

Focus sur les plantes aro­ma­tiques et vivaces

Ces plantes n’ont pas besoin de subir la rota­tion des cul­tures, elles peu­vent rester en place de nom­breuses années. Vous pou­vez tout de même leur apporter un peu d’engrais et com­pléter les pots avec du ter­reau qui a ten­dance à se tass­er au fil des années. Il s’agit des frais­es, artichauts, des asperges, du thym, des oignons rocam­boles, etc.

Retrou­vez tous les con­seils pour entretenir votre potager dans le Numéro 4 — Hiv­er 2020 “Imag­in­er”. Texte par Lau­ra Cheva­lier.

Vous avez aimé cet arti­cle ?   Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !

Derniers articles

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.