5 plantes sauvages comestibles à cueillir en été

Voici 5 plantes sauvages comestibles à cueil­lir cet été ! On vous explique com­ment les recon­naître et les utilis­er en cui­sine.

 

par | 13 mai 2024

Voici 5 plantes sauvages comestibles, sélec­tion­nées par­mi les plus com­munes, pour vous aider à observ­er et recon­naître les plantes sauvages… et pourquoi pas, à les cueil­lir et les utilis­er !

Le pourpier

Salade d’été par excel­lence, car il appa­raît fin mai, le pourpi­er se cul­tive très facile­ment. C’est un déli­cieux légume et riche en omé­ga 3, un excel­lent acide gras. 

Com­ment le recon­naître ?

Vous recon­naîtrez ses tiges rouges, couchées, qui sem­blent ram­per sur le sol. Il est par­fois con­fon­du avec une plante grasse, à cause de ses feuilles char­nues. De forme oblongue, elles sont liss­es et luisantes, de couleur vert vif. Il fait de toutes petites fleurs jaunes. On le trou­ve un peu partout, par­fois même en ville sur les trot­toirs !

Quand le récolter ?

On le trou­ve prin­ci­pale­ment d’avril à novem­bre. Récoltez les tiges et les feuilles en été, de préférence avant la flo­rai­son.

Com­ment le cuisin­er ?

Avec ses feuilles et ses tiges cro­quantes à la saveur agréable­ment acidulée, il est excel­lent en salade, plutôt en mesclun avec d’autres plantes, pour con­traster avec sa tex­ture mucilagineuse. Les tiges et les feuilles sont comestibles.

Vous pou­vez égale­ment le faire cuire, en soupe ou en poêlée comme un légume.

Quelles sont ses ver­tus ?

Le pourpi­er est très riche en omé­ga 3, un acide gras dont de nom­breuses per­son­nes man­quent aujourd’hui, qui pro­tège le cœur et prévient les mal­adies car­dio-vas­cu­laires. Il con­tient égale­ment des vit­a­mines E, A et C et des sels minéraux (mag­né­si­um, cal­ci­um, potas­si­um, phos­pho­re). 

Il est égale­ment dépu­ratif et diuré­tique (atten­tion, à haute dose, il peut devenir lax­atif).

Achillée millefeuille

L’achillée mille­feuille fait par­tie des stars des plantes sauvages : avec près de 82 com­posants act­ifs recon­nus, c’est une plante médic­i­nale (et comestible) aux mille usages ! 

Com­ment la recon­naître ?

Ses feuilles fine­ment divisées ressem­blent à des plumeaux (d’où son nom de “mille­feuille”). Elles sor­tent à par­tir de mars. Les tiges appa­rais­sent en mai, por­tant tout en haut des som­mités fleuries qui ressem­blent à des ombelles (en forme de petits para­sols) et sont générale­ment blanch­es, avec des éta­mines jaunes. Elle mesure jusqu’à 70 cm de haut.

Quand la récolter ?

On récolte les jeunes feuilles entre mars et juin, puis toute la plante, fleurs com­pris­es, à par­tir de juin. Les graines seront mûres vers octo­bre-novem­bre.

Com­ment la cuisin­er ?

Fleurs et feuilles peu­vent se manger crues. Un peu amère, elle est surtout util­isée en condi­ment, hachée et déposée sur les salades, les soupes ou les omelettes. 

Les fleurs par­fument et décorent crèmes, flans ou cakes.

Quelles sont ses ver­tus ?

L’homme de Néan­der­tal l’utilisait déjà, la palette de ses usages thérapeu­tiques est très large ! 

Con­nue comme plante médic­i­nale des femmes, elle aide à réguler les trou­bles men­stru­els. 

Elle est aus­si par­ti­c­ulière­ment réputée pour lut­ter con­tre les prob­lèmes de diges­tion, com­bat­tre la toux et ren­forcer le sys­tème nerveux.

En ran­don­née, vous pou­vez frot­ter quelques feuilles légère­ment écrasées sur une petite coupure pour arrêter le saigne­ment.

Grande mauve

Très fréquente le long des murs et des chemins, la mauve est belle, facile à recon­naître et réputée pour ses pro­priétés adoucis­santes… Que deman­der de plus ?

Com­ment la recon­naître ?

À ses belles fleurs… mauves ! Présentes de juin à sep­tem­bre, elles sont com­posées de 5 pétales échan­crés, veinés de pour­pre et mesurent jusqu’à 4 cm de diamètre. 

Pour la recon­naître avant sa flo­rai­son, il faut observ­er ses feuilles arrondies en éven­tail, com­por­tant de 3 à 5 lobes crénelés.

La plante entière mesure entre 30 cm et 1,20 m.

Quand la récolter ?

Vous pou­vez récolter les feuilles à tout moment. Si vous souhaitez les con­som­mer crues, il vaut mieux les cueil­lir jeunes, car plus elles vieil­lis­sent, plus elles devi­en­nent visqueuses. Si vous prévoyez de les ajouter à une soupe, elles seront par­faites pour épais­sir la pré­pa­ra­tion.

Les fleurs se cueil­lent prin­ci­pale­ment en été.

Com­ment la cuisin­er ?

Fleurs et jeunes feuilles peu­vent se manger crues. En vieil­lis­sant, les feuilles devien­dront un peu visqueuses (un phénomène dû à la présence de mucilage) : cela peut être moins agréable au palais, mais ce sera très intéres­sant pour épais­sir un velouté ou une crème mai­son, en rem­place­ment des pro­duits indus­triels type Maïzena. 

Quelles sont ses ver­tus ?

La mauve est par­ti­c­ulière­ment con­nue pour son mucilage : cette sub­stance pos­sède des pro­priétés épais­sis­santes et adoucis­santes. Cela per­met d’apaiser les muqueuses irritées et donc de soulager la toux et autres irri­ta­tions internes. 

Elle est aus­si très riche en vit­a­mine A, cal­ci­um et fer. 

Plantain lancéolé

Le plan­tain est partout ! Dans les prés, au bord des chemins, ou même en ville. Vous saurez rapi­de­ment le recon­naître et pour­rez ain­si prof­iter de tous ses bien­faits.

Com­ment le recon­naître ?

Comme son nom l’indique, ses feuilles sont en forme de lance, d’environ 20 cm de long. À par­tir d’avril, on voit appa­raître une tige droite qui se ter­mine par une sorte d’épi. Celui-ci porte les fleurs, qui sont d’abord blanch­es, ressem­blant à des petits plumeaux, puis devi­en­nent petites et brunes lorsqu’elles mûris­sent. 

Quand le récolter ?

On peut le cueil­lir presque toute l’année, mais les feuilles sont plus ten­dres au print­emps et à l’automne.

Com­ment le cuisin­er ?

Vous apprécierez le plan­tain pour le léger goût de champignon de ses jeunes feuilles et de ses bou­tons flo­raux (avant l’arrivée des fleurs). Les feuilles s’ajoutent crues aux salades ou cuites en soupe.  

Quelles sont ses ver­tus ?

Il est con­nu depuis très longtemps pour soulager les piqûres et petites coupures. Écrasez quelques feuilles fraîch­es sur la peau irritée, le soulage­ment sera immé­di­at : c’est notam­ment très effi­cace pour les piqûres d’orties !

Les feuilles de plan­tain ont des pro­priétés astrin­gentes, du fait de leur richesse en tanin. Vous pou­vez les utilis­er sous forme de tisane, sirop ou miel, pour calmer les maux de gorge.

Toute la plante est dépu­ra­tive et tonique : elle est par­ti­c­ulière­ment con­seil­lée dans le cadre d’une cure de print­emps. 



Retrou­vez tous les arti­cles sur les plantes sauvages dans le Numéro 6 !


📌 Vous avez aimé cet arti­cle ?  Épin­glez-le sur Pin­ter­est pour le retrou­ver plus tard !


Derniers articles

Choisir ses fleurs mellifères

Choisir ses fleurs mellifères

Le terme de fleurs mellifères ou nectarifères fait joliment référence aux substances que celles-ci produisent. Symboles de la coévolution des végétaux et des animaux, ces plantes jouent un rôle primordial pour la biodiversité. Elles nourrissent de nombreux insectes...

lire plus
Bouturer un hortensia

Bouturer un hortensia

En été, c'est le bon moment pour bouturer un hortensia. C'est une bouture facile à réaliser, sans hormone de bouturage et rapide à prendre. De quoi multiplier votre collection, trouver de nouvelles variétés ou offrir des hortensias à vos proches. Hortensia ou...

lire plus

Rechercher dans le blog

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, on vous envoie des conseils jardinage, une recette, l’agenda des événements nature, une sélection de livres, podcasts, docus… ainsi que quelques infos sur le mag !
En cadeau pour toute inscription : notre guide “Le potager pour débutants” !

Désinscription possible en un clic.